Ecoutez Radio Sputnik
    Des migrants de l'Aquarius

    Crise migratoire: et si l’Europe demandait le soutien de la Tunisie ou de l'Algérie?

    © REUTERS / Guglielmo Mangiapane
    International
    URL courte
    12183

    Les pays du sud de la Méditerranée ne devraient-ils pas prendre une part active dans la gestion de la crise migratoire? Alors que cette question revient, des officiels tunisiens et algériens écartent cette éventualité.

    Alors que la question de la crise migratoire est revenue sur le devant de la scène avec le blocage en Méditerranée des navires de sauvetage de migrants Aquarius et Lifeline, en quête de solutions, les regards se tournent de plus en plus souvent vers d’autres pays du bassin méditerranéen. C’est le cas du chercheur Stephen Smith qui a proposé dans une interview à La Matinale de la RTS que les pays du sud de la Méditerranée offrent également leur aide.

    «L'Europe se bat un peu la coulpe et a l'impression que tout est pour elle. Or, la Libye a beaucoup de pays voisins. Pourquoi n'a-t-on pas songé à demander le soutien de la Tunisie ou de l'Algérie?», s’est-il interrogé.

    Et de poursuivre qu’habituellement, en cas de naufrage, les voyageurs doivent être transportés, selon le règlement, vers la prochaine terre sûre. «Et, à partir de la Libye, cette terre n'est pas l'Italie», a-t-il pointé.

    Sauf que, le jour même, le ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel a déclaré qu’il était exclu que son pays ouvre une quelconque zone de rétention. Selon lui, l’Algérie est d’ores et déjà confrontée aux mêmes problèmes.

    «Quand il s’agit de la migration clandestine, il faut que les choses soient bien comprises. Nous connaissons les mêmes phénomènes, nous devons lutter contre la migration clandestine, dans le cadre des conventions des Nations unies, dans le cadre de l’arrangement avec les pays d’origine et les pays de transit», a-t-il précisé. 

    Un «non» vient également du côté tunisien: dans une récente interview au Soir, le représentant de ce pays auprès de l’UE, Thar Chérif, a rappelé, abordant l’éventualité de l’organisation de centres de migrants sur son sol, que la question avait déjà été posée au Premier ministre et que la réponse était négative. «Nous souffrons déjà beaucoup de ce qui se passe en Libye, qui a d'ailleurs été l'effet d'une action européenne», a-t-il déclaré.

    Lire aussi:

    L'Algérie indique si elle va accueillir des centres pour les migrants clandestins
    L’Algérie persiste et signe sur une éventuelle intervention de son armée au Sahel
    Le ministre algérien de l’Intérieur répond aux attaques sur le traitement des migrants
    Tags:
    crise migratoire, Lifeline, rame de métro Aquarelle, Méditerranée, Algérie, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik