Ecoutez Radio Sputnik
    «Tolérance Zéro» sur les achats de pétrole iranien, le cadeau de Washington à Ryad

    «Tolérance Zéro» sur les achats de pétrole iranien, le cadeau de Washington à Riyad

    © REUTERS / Raheb Homavandi
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    13351

    Les pays ont jusqu’au 4 novembre pour cesser de se fournir en pétrole iranien, sous peine de sanctions américaines. Un ultimatum qui agite les cours du Brent depuis quelques jours, qui devrait profiter aux principaux pays exportateurs d’or noir. Mais surtout c’est l’Arabie saoudite qui serait le «grand vainqueur» de cette nouvelle donne.

    Réduire à zéro les exportations iraniennes de pétrole, tel est le nouveau mantra de l'administration américaine concernant la République islamique. Un objectif qui se traduit par un nouvel ultimatum, adressé à l'ensemble de la communauté internationale et en premier lieu à «tous les alliés» des États-Unis: stopper tout achat de pétrole iranien d'ici le 4 novembre.

    Un délai particulièrement court qui, selon un responsable du Département d'État qui s'est exprimé anonymement le 26 juin devant la presse, nécessite que la baisse des importations intervienne «maintenant», afin que l'objectif fixé par les autorités américaines puisse ainsi être atteint d'ici trois mois.

    Un objectif «pas vraiment réaliste», estime Francis Perrin, chercheur associé à l'OCP Policy Center de Rabat, Directeur de recherche à l'Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). Si la production iranienne devrait bien fléchir sous le poids de telles menaces, pour ce spécialiste des problématiques énergétiques, les exportations iraniennes de pétrole (entre 2 et 2,5 millions de barils par jour, pour une production de 3,8 millions de barils) devraient vraisemblablement perdurer après cette date.

    Pour autant ceux qui espèrent encore obtenir des dérogations des autorités américaines, pourraient, selon lui, voir leurs espoirs douchés, soulignant le message «clair» et «dissuasif» du Département d'État le mot d'ordre étant tolérance «zéro».

    «Certes, la législation et la réglementation américaine autorise l'octroi de dérogations. Mais l'humeur contre l'Iran à Washington est telle actuellement que l'objectif de l'administration Trump est de faire en sorte qu'il n'y ait quasiment pas de dérogation, peut-être même zéro.»

    Implacablement sur les marchés, on commence à anticiper cette baisse de l'offre mondiale de pétrole, avec une hausse des cours de l'or noir observée depuis quelques jours. Ce vendredi 29 juin, le Brent de la mer du Nord s'approchait des 80 dollars, contre 73 en début de semaine. Une évolution tout aussi prononcée pour le baril de brut (WTI), qui prend 10% sur le même intervalle pour s'établir au-dessus des 74 dollars, son plus haut niveau depuis 2014. Des incertitudes sur l'Iran qui s'ajoutent à une production pétrolière vénézuélienne en berne ainsi qu'aux difficultés techniques rencontrées par la mine de sable bitumineux de Syncrude, au Canada.

    «En matière de pétrole et de géopolitique mondiale, le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres,» rappelle Francis Perrin.

    En effet, comme le rappelle le spécialiste des énergies et des matières premières, «la nature a horreur du vide», un aphorisme qui prévaut également dans un milieu aussi compétitif que le marché de l'or noir. Le recul des exportations iraniennes créera forcément des opportunités pour les autres producteurs de pétrole. Le 23 juin, alors que les conséquences des sanctions américaines à l'encontre de l'Iran restaient incertaines concernant le secteur pétrolier, la Russie et neuf pays membres de l'OPEP annonçaient être parvenus à un accord avec l'Iran pour augmenter leur production d'un million de barils par jour afin de compenser ce recul et ainsi stabiliser un marché où l'offre est sous pression.

    Des débouchés qui, à l'échelle des capacités de productions iraniennes (troisième producteur de l'OPEP) n'étaient pas des moindres. Parmi les principaux pays affectés par cette décision unilatérale des États-Unis: leurs alliés en Asie (Japon, Corée du Sud), certains pays européens et la Turquie, auxquels s'ajoutent l'Inde et la Chine, tous de gros importateurs d'or noir iranien. Les supermajors Total et Royal Dutch Shell, particulièrement présentent aux États-Unis, n'ont pas hésité à renoncer à la manne iranienne, malgré leurs investissements colossaux prévus en République islamique.

    Pour autant, les compagnies pétrolières chinoises ne pourraient pas forcément être celles qui récupéreront la mise. En effet, comme le souligne Francis Perrin, ces dernières sont également exposées au marché américain et ne sont donc pas à l'abri de sanctions de Washington. Pour le chercheur, difficile de concevoir que les entreprises de l'Empire du Milieu puissent tirer un trait sur leur accès à un marché américain en plein essor. Comme le souligne Francis Perrin, depuis 2008, les États-Unis sont parvenus à passer du statut de premier importateur mondial d'hydrocarbures à celui d'exportateur majeur. D'après les chiffres de l'AIE (Agence internationale de l'Énergie), les Américains ont battu en 2017 leur record de production de 1970, raflant la deuxième place du podium des plus gros producteurs de pétrole aux Saoudiens. Dopés par l'exploitation de pétrole et gaz non conventionnels, ils pourraient ne pas s'arrêter en si bon chemin.

    «Ils sont dans les dernières années devenus le premier producteur mondial de gaz naturel, devant la Russie, qui était au paravent n°1. Cela veut dire que pour tous les grands pétroliers au monde, y compris les Chinois, être présent aux États-Unis, avoir des actifs pétroliers et gaziers aux États-Unis, bénéficier des technologies américaines, c'est important.»

    Malgré cette révolution aux États-Unis, difficile pour Francis Perrin d'imaginer que les producteurs américains soient les «grands vainqueurs» de ce nouveau volet de sanctions américaines à l'encontre de l'Iran. L'expert tient à souligner la différence de nature entre les entreprises pétrolières américaines (privées) et leurs homologues russes (publiques et privées) ou saoudiennes (publiques), pour ne reprendre que le podium mondial des principaux producteurs et exportateurs d'hydrocarbures.

    Une composition atypique qui selon notre expert pousse ainsi les acteurs pétroliers américains à adopter une posture opportuniste, dans un effort d'exportation pétrolière «tous azimuts», et non pas suivant des directives et objectifs étatiques.

    «C'est [les États-Unis, ndlr] une superpuissance énergétique, une superpuissance pétrolière. Le pétrole et l'énergie sont évidemment une arme de la domination américaine sur une bonne partie du monde, mais en même temps, il faut composer avec des acteurs privés, pour qui l'essentiel ce n'est pas la puissance américaine, mais la croissance et la rentabilité de leurs activités.»

    D'autant plus que tous les pays producteurs de pétrole ne partent pas sur un pied d'égalité. Comme le souligne Francis Perrin, difficile de concurrencer la productivité d'un pays tel que l'Iran, l'Irak et l'Arabie saoudite: «Ce sont les caprices de la géologie qui ont fait du Moyen-Orient une région unique au monde» insiste l'expert, qui souligne les réserves pétrolières «exceptionnelles» et les rendements «extrêmement élevés» de gisements faciles d'accès et d'exploitation dont disposent ces pays arabes. Mais là encore, tous ne jouent pas à armes égales.

    «L'Arabie saoudite est vraiment l'un des grands vainqueurs de cette nouvelle donne. Les autres pays producteurs, notamment les Émirats arabes unis et le Koweït, peuvent avoir la possibilité de placer un peu plus de pétrole, mais ils n'ont pas les mêmes capacités de production disponibles que l'Arabie saoudite.»

    Riyad fait d'autant plus figure de principal favori pour rafler les parts de marché laissées par son éternel rival, après ce nouveau tour de vis de Donald Trump, que contrairement aux autres grands producteurs mondiaux de pétrole, les capacités de productions de l'Arabie saoudite ne sont pas pleinement exploitées.

    «La Russie est quasiment à 100%, les États-Unis sont à 100%, l'Arabie saoudite maintient un écart important entre ce qu'elle produit actuellement et ce qu'elle pourrait produire demain. Demain voulant dire dans un délai de quelques semaines, de l'ordre d'un mois. Donc ce pays, allié privilégié de Washington depuis au moins 1945, ce pays, qui par ailleurs a fait beaucoup de lobbying sur Washington pour rétablir les sanctions contre l'Iran, sera certainement disposé —et il en a les moyens et les capacités sur le plan pétrolier- à renvoyer l'ascenseur à Washington.»

    Lire aussi:

    Riyad joue au juste prix: le baril de pétrole à 70, 80 ou 100 $ en 2018?
    Pékin et Ankara continueront d'acheter du pétrole iranien malgré l'interdiction des USA
    «Les USA mènent le monde vers une crise énergétique et une guerre contre l'Iran»
    Tags:
    pétrole, sanctions, Arabie Saoudite, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik