Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    «Les jours de l’OIAC seront comptés» si l’on ne remédie pas à la situation

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    17621

    Les jours de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) seront comptés si l'on ne trouve pas de remède à la situation après la décision d'élargir son mandat, a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    L'élargissement des pouvoirs de l'OIAC met en péril l'organisation elle-même, a estimé le ministre russe des Affaires étrangères dans une interview accordée à la chaîne britannique Channel 4.

    «Il y a quelques jours, l'OIAC a été victime d'une manipulation brutale lorsque la Grande-Bretagne et ses alliés ont soutenu l'élargissement de son mandat.

    Cette décision, prise sur la base des résultats du vote, permet au secrétariat technique de l'OIAC d'émettre des verdicts de condamnation. Je crois que cette démarche n'est pas bien réfléchie et prévoyante. De plus, elle est très dangereuse», a mis en garde Sergueï Lavrov.

    Le chef de la diplomatie a souligné que l'organisation devrait fonctionner conformément à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC) qui dispose comment les circonstances de l'incident doivent être établies. «Les experts de l'organisation devraient visiter les lieux des attaques chimiques présumées eux-mêmes, sans transférer cette tâche à quiconque. Ils devraient prendre des échantillons avec leurs propres mains et les avoir avec eux jusqu'à ce qu'ils atteignent le laboratoire», a-t-il expliqué.

    Rappelant la dispersion chimique de Khan Cheikhoun en avril 2017, M.Lavrov a pointé que les spécialistes de l'OIAC n'avaient jamais visité les lieux: «Quand nous leur avons demandé comment ils avaient reçu les échantillons de la substance, ils ont répondu qu'ils avaient été livrés dans des réfrigérateurs par des experts britanniques et français. Et quand nous avons demandé pourquoi ils ne s'y étaient pas rendus eux-mêmes, ils ont répondu que c'était risqué».

    En conséquence, le rapport de la mission conjointe des Nations unies et de l'OIAC sur Khan Cheikhoun était rempli de phrases telles que «selon toute vraisemblance» et «avec une forte probabilité».

    «Lorsque la convention est brutalement violée, je pense qu'il est impossible de ne pas s'inquiéter. Nous allons essayer de remédier à la situation, puisque cette décision sera discutée à la conférence régulière des États membres [en novembre 2018, ndlr]. Mais si l'on n'y parvient pas, je pense que les jours de l'OIAC seront comptés, ou du moins, l'OIAC ne restera pas une organisation universelle», a résumé le ministre.

    L'OIAC a vu ses pouvoirs renforcés au cours de la récente conférence urgente de l'Organisation à La Haye. Désormais, l'OIAC est habilitée à identifier «les auteurs, organisateurs et commanditaires» d'attaques commises sur le territoire de ses membres, et non pas seulement les substances utilisées.

    Le projet de décision avait été soumis par le Royaume-Uni avant d'être approuvé par 82 voix pour et 24 contre, dont la Russie, l'Iran et la Syrie. Selon Damas, la résolution en question est susceptible d'«ajouter de nouvelles complications à la capacité de l'OIAC de jouer son rôle» et d'«aggraver la division entre les pays membres».

    Lire aussi:

    Damas met en garde contre la division des membres de l’OIAC
    Moscou: l’OIAC enfreint le droit que Damas a d’analyser les échantillons de Khan Cheikhoun
    Moscou envoie une liste de 13 questions sur l'affaire Skripal à l'OIAC
    Tags:
    décision, conséquences, attaque chimique, mandat, élargissement, pouvoirs, enquête, danger, ONU, OIAC, ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, Khan Cheikhoun, Royaume-Uni, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik