Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel

    Angela Merkel serait-elle en train de briser l'UE?

    © AP Photo / Michael Kappeler
    International
    URL courte
    261034

    Loin d'être la sauveuse de l'Europe, la chancelière allemande la détruit progressivement, lit-on dans un article de Politico. Saura-t-elle gagner la bataille en défendant sa politique migratoire?

    La chancelière allemande Angela Merkel n'est pas du tout une «sauveuse de l'Europe», comme elle est présentée par une partie des politiques occidentaux, affirme Politico.

    La réponse d'Angela Merkel à la crise des réfugiés en Europe lui a valu dans le monde entier une réputation de «Jeanne d'Arc des temps modernes», de défenseur audacieux des idéaux occidentaux contre une attaque populiste. Mais en réalité, la destruction de l'Union européenne est la conséquence de sa politique migratoire, sans qu'elle ne prête attention, estime l'auteur de l'article.

    «Au-delà des préoccupations nationales, de plus en plus d'anciens alliés de Merkel posent une question encore considérée comme sacrilège dans une grande partie de l'establishment allemand: déchire-t-elle l'Europe?», lit-on dans l'article. «Chère Angela Merkel, après presque 13 ans en tant que chancelière, la seule chose qu'il vous reste en Europe, c'est l'animosité, a déclaré Malte Pieper, correspondant de la radio allemande ARD, dans un commentaire. Toutes les réunions des derniers mois l'ont illustrée. Aidez-nous à arrêter définitivement l'Europe qui vire vers la division au lieu de l'unité! Faites place à la chancellerie à un successeur».

    Cette déclaration a soulevé une vague de réactions à Berlin, note Politico. Les élites politiques allemandes nourrissent des craintes sérieuses: les institutions démocratiques allemandes ne sont pas aujourd'hui assez fortes pour préserver l'Europe, seule Angela Merkel le peut. La chancelière devrait donc l'emporter dans toutes les confrontations. Car personne ne veut être blâmé pour avoir «détruit l'Europe».

    Mais si la crise de la zone euro avait «fissuré» le continent, le problème des réfugiés a laissé un «gouffre», selon le média. Car cette fois-ci, l'Allemagne n'offrait pas d'aide, mais elle en demandait. Et la réponse d'une grande partie du reste de l'Europe a été clairement «Non».

    Même si Merkel «gagne la bataille» à Bruxelles, la guerre concernant sa politique migratoire, et par extension son avenir politique, continuera certainement de faire rage, conclut l'auteur.

    Lire aussi:

    Au terme du G7, Merkel en conclut que l’Europe doit prendre son destin en main
    Emmanuel Macron à Berlin: vers une réforme des traités européens?
    Angela Merkel en Russie: une visite controversée
    Tags:
    crise migratoire, migration, Union européenne (UE), Angela Merkel, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik