Ecoutez Radio Sputnik
    OIAC

    L'Otan se servirait de l'OIAC pour agresser la Syrie, selon un ex-diplomate britannique

    © AFP 2018 John Thys
    International
    URL courte
    9454

    L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques est en train de devenir un instrument de guerre de l'Otan, a déclaré à Sputnik l'ancien ambassadeur britannique en Syrie Peter Ford.

    L'élargissement des pouvoirs de l'OIAC, qui est désormais en droit de désigner les responsables d'attaques chimiques, vise à trouver un prétexte pour lancer une nouvelle étape de la guerre menée par l'Occident en Syrie, estime l'ex-ambassadeur britannique à Damas Peter Ford dans un entretien accordé à Sputnik.

    «Jusqu'à présent, les tentatives des pays occidentaux pour accuser Damas ont échoué: aucune des commissions qui enquêtaient en Syrie n'a cédé aux pressions exercées par le Royaume-Uni et les USA. C'est pourquoi, à mon avis, le Royaume-Uni s'est adressé à La Haye», a indiqué l'ancien diplomate.

    Maria Zakharova
    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    Selon lui, la décision d'élargir les pouvoirs de l'OIAC est «à 100% politisée» et risque d'entraîner à long terme des conséquences défavorables pour l'Occident.

    «En effet, l'OIAC est transformée en un instrument de l'Otan. Aujourd'hui déjà, les pays occidentaux exercent une influence énorme sur l'OIAC», a souligné M.Ford.

    Pour l'interlocuteur de l'agence, en autorisant l'OIAC à désigner les responsables d'attaques chimiques, les auteurs de l'initiative cherchaient à préparer la communauté internationale à de nouvelles frappes contre la Syrie, qui pourraient s'avérer plus destructrices que celles d'avril dernier:

    «La prochaine fois, ils seront contraints de porter un préjudice bien plus important au Président Assad en personne: ils essaieront de bombarder sa résidence et les postes de commandement de l'armée syrienne», prédit l'ancien ambassadeur britannique.

    Lire aussi:

    Moscou: les pays ayant frappé la Syrie veulent que l'OIAC fasse porter le chapeau à Damas
    «Les jours de l’OIAC seront comptés» si l’on ne remédie pas à la situation
    «Très probablement»: comment on cherche à discréditer l'OIAC
    Tags:
    crise syrienne, armes chimiques, OTAN, OIAC, Peter Ford, Bachar el-Assad, Royaume-Uni, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik