Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires américains en Syrie

    Pourquoi la présence militaire américaine en Syrie a perdu tout son sens

    © AP Photo / APTV
    International
    URL courte
    17601

    Il importe que les États-Unis mettent fin à leur présence militaire en Syrie, celle-ci ayant perdu tout son sens, a affirmé le secrétaire du parlement syrien Khaled al-Aboud dans une interview accordée à Sputnik.

    Les États-Unis devraient prochainement retirer leurs forces de Syrie, a estimé le secrétaire du parlement syrien Khaled al-Aboud.

    «Les États-Unis ne peuvent plus maintenir leurs troupes en Syrie puisqu'ils n'en tirent plus aucun avantage», a-t-il noté dans une interview donnée à Sputnik.

    Il a précisé que la présence des troupes américaines en Syrie s'expliquait avant par un éventuel danger de partition du pays.

    «Mais, aujourd'hui, nous avons tourné depuis longtemps la page et ces troupes ne sont plus nécessaires dans la région», a expliqué Khaled al Aboud.

    Commentant le prochain sommet russo-américain, il a estimé que Vladimir Poutine et Donald Trump se pencheraient sur les derniers développements de la situation en Syrie.

    «Le Président russe viendra avec un bagage d'acquis, les siens et ceux de ses alliés, tandis que Trump a les mains vides», a-t-il souligné.

    Se référant à des sources diplomatiques, la chaîne de télévision CNN avait précédemment annoncé que Donald Trump avait l'intention de profiter de sa rencontre avec Vladimir Poutine, le 16 juillet prochain à Helsinki, pour parvenir à des ententes pouvant aider à retirer le plus vite possible les troupes américaines de Syrie.

    Selon les mêmes sources, Donald Trump a abordé la question du retrait américain de Syrie lors de sa rencontre à la Maison-Blanche avec le roi Abdallah II de Jordanie. Ces sources ont fait savoir que, conformément au plan de Donald Trump, les États-Unis permettraient aux autorités syriennes de reprendre le contrôle du territoire le long de la frontière jordanienne à condition qu'en échange la Russie garantisse que Damas ne persécuterait pas les radicaux établis dans la région.

    Lire aussi:

    Lutter contre le terrorisme et la dislocation du pays sont les deux défis de Damas
    L’armée syrienne dit avoir saisi des missiles antichars de fabrication américaine
    Le Kremlin se prononce sur un «accord secret» entre Poutine et Trump
    Tags:
    retrait des troupes, partition, troupes américaines, sommet, CNN, présidence américaine, Sputnik, Khaled al Aboud, roi Abdallah II, Donald Trump, Vladimir Poutine, Helsinki, Damas, Jordanie, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik