International
URL courte
36357
S'abonner

Sur fond de crise migratoire, le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, a affirmé que l’Algérie «n’acceptera pas d’accueillir des centres pour les migrants clandestins» sur son territoire.

Après le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et le ministère de l'Intérieur, le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, s'est prononcé à son tour sur la question de la migration clandestine et l'éventuelle possibilité de créer des camps pour les migrants clandestins sur le sol algérien.

«La position de l'Algérie a été déjà exprimée, il y a deux jours, par le ministre des Affaires étrangères. L'Algérie n'acceptera pas d'accueillir des centres de ce genre», a-t-il indiqué, cité par le Huffington Post.

Il a également souligné que «les Européens sont en train de chercher où placer leurs centres».

Quelques jours plus tôt, le 27 juin, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avait également déclaré que l'Algérie n'accepterait en aucun cas que des centres de rétention de clandestins soient ouverts sur son territoire au profit de l'Europe.

Auparavant, Emmanuel Macron et Angela Merkel, selon le journal Libération dans son édition du 25 juin, avaient annoncé la création de «centres» en Afrique du Nord sous le contrôle de l'Onu, afin de trier sur place entre ceux qui pourront faire leur demande d'asile et les autres».

Le 21 juin, Reuters avait rappelé que la question de la création de «plates-formes régionales» de gestion des réfugiés et des migrants serait discutée au sommet des chefs d'État et de gouvernements européens, qui allait se tenir trois jours plus tard à Bruxelles.

Lire aussi:

Sofagate: Charles Michel s’est repassé «150 fois le film» et «ne dort pas bien»
Véran annonce l’ouverture de la vaccination aux plus de 55 ans
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Il donne des coups de pied à une voiture de police de Sevran, son interpellation dégénère – vidéo
Tags:
crise, immigration clandestine, migrants, Abdelkader Messahel, Ahmed Ouyahia, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook