International
URL courte
25770
S'abonner

Le ministère américain de la Défense a modifié sur son site officiel l'article concernant ses objectifs pour annoncer que sa tâche principale consiste désormais à «garantir une force interarmées meurtrière» et «maintenir l'influence américaine à l'étranger», a annoncé le site Task & Purpose.

Le Pentagone a changé la formulation de ses objectifs et de ses tâches sur son site officiel, a constaté le site Task & Purpose.

Jusqu'ici il définissait sa mission comme celle de fournir «des forces armées pour la dissuasion et la sécurité du pays».

Désormais, sa tâche première est de «garantir une force interarmées meurtrière pour défendre la sécurité du pays et maintenir l'influence américaine à l'étranger».

Ces corrections, qui modifient radicalement la doctrine militaire des États-Unis, ont été apportées en secret, sans quelque annonce que ce soit. Toutefois, le texte concernant la stratégie de la défense nationale pour 2018 est resté inchangé.

Le ministère n'a fourni aucun commentaire.

Des médias ont appris mardi dernier que Donald Trump ne prêtait plus l'oreille aux conseils du chef du Pentagone, James Mattis. Selon NBC News, le Président américain compte de moins en moins sur les conseils du ministre, estime que ce dernier le considère d'un air hautain et freine exprès la concrétisation de ses initiatives dans le domaine de la politique étrangère.

Le 18 juin dernier, le Président américain a ordonné au Pentagone de créer une Force spatiale en tant que nouvelle branche indépendante des Forces armées des États-Unis.

Lire aussi:

Traitée d’«Arabe de service», la policière syndicaliste Linda Kebbab porte plainte contre le «journaliste» Taha Bouhafs
«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Hommage à Adama Traoré: Camélia Jordana chante qu'il est temps de «prendre les armes» - vidéo
Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
Tags:
stratégie, politique étrangère, doctrine militaire, défense, armée, NBC News, Pentagone, James Mattis, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook