Ecoutez Radio Sputnik
    Des équipements militaires démontrés au cours du défilé en Corée du Nord

    La Corée du Nord élargirait sa production de missiles balistiques

    © REUTERS / Damir Sagolj
    International
    URL courte
    15220

    Bien que Pyongyang ait réaffirmé son attachement à une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», The Wall Street Journal, se référant à des résultats issus de recherches opérées sur des images satellitaires, suppose que les autorités nord-coréennes élargissent la production de missiles balistiques capables de frapper les USA.

    La Corée du Nord achève le processus d'expansion de la production de missiles balistiques à combustible solide, avec lesquels il serait possible de frapper des installations militaires américaines, annonce The Wall Street Journal s'appuyant sur les résultats de recherches effectuées sur des images satellitaires.

    Les images transmises par la société Planet Labs Inc. ont été analysées par des experts de l'Institut d'études internationales de Middlebury en Californie. Il s'agit d'un objet dans la région de la ville nord-coréenne de Khamkhin. Selon le média, cette usine produit des missiles balistiques qui peuvent être utilisés pour frapper sans délai des installations militaires américaines en Asie, ainsi que des ogives que Pyongyang peut installer sur des missiles à longue portée capables d'atteindre le territoire continental des États-Unis.

    «L'expansion de l'infrastructure de production de fusées à combustible solide suppose probablement que Kim Jong-un ne prévoit pas d'abandonner son programme nucléaire», explique David Schmerler, chercheur de l'Institut d'études internationales de Middlebury en Californie.

    Selon The Wall Street Journal, les chercheurs estiment qu'en plus de l'usine de Khamkhin en Corée du Nord, il existe encore non loin deux installations qui produisent également des missiles. Comme l'indique David Shmerler, les images montrent qu'une route a été construite vers l'un des bâtiments, et que des travaux ont été menés à côté du second, ce qui est compris comme «une condition préalable possible à une future expansion».

    Auparavant, la chaîne de télévision américaine NBC a annoncé que les agences de renseignement américaines estimaient que la Corée du Nord avait accru sa production de carburant pour les armes nucléaires dans de nombreux sites secrets au cours de ces derniers mois.

    De plus, selon ces mêmes sources, la Corée du Nord aurait au moins un site non déclaré visant à produire du combustible nucléaire, en plus de Yongbyon, son principal site nucléaire.

    Le premier sommet américano-nord-coréen a réuni, le 12 juin à Singapour, Donald Trump et Kim Jong-un. Les deux hommes ont signé un document par lequel Washington s'engage à donner des garanties de sécurité à la Corée du Nord et Pyongyang réaffirme son attachement à une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne».

    En mai dernier, la Corée du Nord a fait exploser Punggye-ri, théâtre de ses six essais nucléaires, en geste de bonne volonté avant le sommet Kim Jong-un — Donald Trump.

    En juin, le dirigeant américain avait annoncé que les autorités nord-coréennes avaient fermé quatre «importants polygones d'essais» et mis fin aux tirs de missiles. Selon M.Trump, la «dénucléarisation totale» de la Corée du Nord a effectivement commencé.

    Lire aussi:

    La Corée du Nord mène-t-elle Trump en bateau?
    Vent de changement nord-coréen: cinq questions avant de dénucléariser Pyongyang
    Des milliers de sites nucléaires en Corée du Nord?
    Tags:
    nucléaire, missiles balistiques, Donald Trump, Kim Jong-un, États-Unis, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik