Ecoutez Radio Sputnik
    Bundeskanzlerin Angela Merkel und Bundesinnenminister Horst Seehofer in Bundsetag

    Seehofer: «Je ne laisserai pas la chancelière qui l’est devenue grâce à moi me renvoyer»

    © AP Photo / Markus Schreiber
    International
    URL courte
    8221

    Peu avant la rencontre d’Angela Merkel et du ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer, ce dernier a accordé une interview au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung dans laquelle il a fait remarquer qu’il ne laisserait pas la chancelière qui ne l’est devenue que grâce à lui le pousser hors du gouvernement.

    Malgré ses déclarations, le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer espère apparemment garder son poste. Avant que sa rencontre avec Angela Merkel, dont le sujet principal est le règlement du problème de migrants, Horst Seehofer s'est confié au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung:

    «Je ne laisserai pas la chancelière qui l'est devenue grâce à moi me renvoyer», a-t-il déclaré.

    Et de poursuivre:

    «La personne que j'ai mise en selle essaie de se me faire partir».

    Selon les médias allemands, Horst Seehofer et Angela Merkel sont parvenus à un consensus en matière de politique migratoire. En outre, le ministre est revenu sur ses menaces de quitter le gouvernement.

    Le ministre Seehofer a déclaré aux journalistes, à l'issue de sa rencontre avec Angela Merkel, qu'ils avaient trouvé «un bon compromis» et un accord clair sur la façon d'empêcher à l'avenir l'immigration illégale aux frontières entre l'Allemagne et l'Autriche.

    La députée du Bundestag Dorothee Bär a publié sur son compte Twitter les résultats des négociations Merkel-Seehofer.

    Nous sommes convenus de travailler au perfectionnement de l'ordre, au renforcement des contrôles et à la limitation des migrations secondaires, indique le texte du document.

    Les tensions entre la Chancelière et l'Union chrétienne-sociale (CSU) sont montées d'un cran lorsque Horst Seehofer, président du parti bavarois et ministre allemand de l'Intérieur, a donné à Angela Merkel deux semaines, soit jusqu'au sommet de l'UE des 28 et 29 juin, pour trouver une solution européenne au défi migratoire, faute de quoi il s'est dit prêt à «refouler immédiatement» les migrants arrivant aux frontières allemandes en provenance d'autres pays européens.

    Lire aussi:

    Aucun camp à la frontière: les détails de l’accord sur les migrants en Allemagne révélés
    «Un nouveau chancelier»? Le pouvoir de Merkel serait remis en cause
    Maintenant officiel: Merkel devant un ultimatum de 2 semaines sur la question migratoire
    Tags:
    migrants, Horst Seehofer, Angela Merkel, Europe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik