Ecoutez Radio Sputnik
    Le siège de l'OIAC à La Haye

    OIAC: aucun agent innervant n'a été retrouvé dans les échantillons de Douma

    © AP Photo / Peter Dejong
    International
    URL courte
    11360

    Selon l'OIAC, aucun agent innervant n'a été retrouvé dans les échantillons prélevés dans la ville syrienne de Douma où, comme le prétendent des pays occidentaux se référant à une vidéo des Casques blancs, aurait eu lieu une attaque chimique.

    Aucun agent innervant n'a été retrouvé dans les échantillons de Douma, en Syrie, d'après un rapport préliminaire de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) publié vendredi par la mission qui enquête sur l'attaque chimique présumée du 7 avril.

    «Nous n'avons pas découvert d'agents innervants organophosphorés ni leurs dérivés dans les échantillons», lit-on dans le rapport préliminaire.

    Les auteurs du rapport de l'OIAC précisent qu'il s'agit des résultats préliminaires et que l'enquête continue.

    Selon le rapport, des traces de matières organiques contenant du chlore auraient été découvertes sur les lieux de l'attaque chimique présumée qui a servi de prétexte aux États-Unis et à leurs alliés pour frapper la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril. 

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Lire aussi:

    L’OIAC entamera dimanche sa mission d’enquête sur l’attaque chimique présumée à Douma
    Les inspecteurs de l'OIAC entrent dans Douma
    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    Tags:
    agent innervant, armes chimiques, OIAC, Douma, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik