Ecoutez Radio Sputnik
    Situation dans le secteur du camp de réfugiés de Yarmouk, dans la balieue de Damas

    Damas: l’Onu doit «cesser de publier ces rapports» et «accorder une aide au peuple syrien»

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    13281

    La Syrie a demandé aux Nations unies de cesser de dépenser à la collecte d'informations et aux rapports «les ressources financières et humaines qui pourraient servir à accorder une aide non plus illusoire, mais réelle au peuple syrien».

    Par le biais de son ambassadeur aux Nations unies, Bachar al-Jaafari, la Syrie a demandé aux Nations unies de ne plus dépenser d'argent à la collecte d'informations sur la situation dans le pays ou à l'écriture de rapports afin de commencer à accorder une aide réelle à la population du pays.

    «Le gouvernement syrien déclare une nouvelle fois que le Conseil de sécurité doit cesser de publier ces rapports mensuels, car ils ne visent qu'un seul objectif, celui de servir les pays hostiles à la Syrie pour déployer une activité instigatrice et diffamatoire contre cette dernière», a-t-il indiqué, évoquant le 51e rapport du secrétaire général de l'Onu et du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'Onu (OCHA).

    Il a également appelé à fournir une assistance concrète à la population de son pays. 

    Le Conseil de sécurité doit «cesser de dépenser les ressources financières et humaines qui pourraient servir à accorder une aide non plus illusoire, mais réelle au peuple syrien», a souligné Bachar al-Jaafari.

    Il a indiqué que les rapports mensuels devaient être remplacés par des rapports trimestriels faits par des professionnels dignes de confiance.

    Bachar al-Jaafari estime que le rapport de l'OCHA concernant le mois d'avril est politisé, qu'il occupe une position hostile à l'égard de la Syrie et qu'il est loin de contribuer aux activités humanitaires.

    Selon lui, les rapporteurs visent «uniquement à desservir certains pays occidentaux qui sont hostiles à la Syrie et qui bénéficient d'une certaine influence au sein du Conseil de sécurité, ainsi que leurs complices dans la région».

    «Les auteurs du rapport doivent être traduits en justice pour la violation des résolutions antiterroristes du Conseil de sécurité et pour l'emploi du terme "opposition armée à Idlib" pour qualifier le Front al-Nosra* et Hayat Tahrir al-Cham* et des groupes qui y sont liés inscrits par le Conseil de sécurité sur la liste des structures terroristes», a-t-il souligné.

    Le conflit armé en Syrie dure depuis mars 2011 et a fait, selon l'Onu, près de 400.000 morts.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    La Syrie se réserve le droit de riposter en cas d’attaque de civils par des terroristes
    L'ambassadeur syrien à l'Onu désigne les responsables de la crise dans son pays
    Damas: Ankara a ouvert la frontière syrienne à des dizaines de milliers de terroristes
    Tags:
    liste des organisations terroristes, pays occidentaux, population, aide, Hayat Tahrir al-Cham, Front al-Nosra, Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Bachar al-Jaafari, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik