Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Comment continuer à commercer avec Téhéran pour les participants à l’accord iranien?

    © Sputnik . Sergei Mamonov
    International
    URL courte
    4181

    Moscou, Pékin, Berlin, Paris, Londres et Téhéran examinent ensemble les moyens de développer le commerce avec l’Iran indépendamment de la politique et des sanctions américaines, après le retrait de Washington de l’accord nucléaire iranien. C’est ce qu’a déclaré vendredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

    Des experts de Russie, de Chine, de France, du Royaume-Uni, de l'Allemagne et de l'Iran examineront ensemble les différents moyens permettant de développer le commerce avec Téhéran malgré la décision de Washington de se retirer de l'accord nucléaire iranien, a annoncé le 6 juin le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

    «Nous avons convenu […] que le mécanisme d'une commission conjointe au niveau des experts permettrait d'examiner constamment les variantes qui permettraient de continuer à respecter les engagements pris dans le cadre du Plan global d'action conjoint (JCPOA) et d'assurer des liens commerciaux et économiques avec l'Iran qui ne dépendraient pas de la volonté des États-Unis», a déclaré le chef de la diplomatie russe à l'issue de la réunion interministérielle sur le programme nucléaire iranien à Vienne.

    Il a également indiqué que ces négociations n'avaient pas été faciles, notamment parce que les intérêts des pays de l'E-3 (Allemagne, France et Royaume-Uni), de la Chine, de la Russie et de l'Iran lui-même ne coïncidaient pas toujours.

    Le ministre a également rappelé que certaines entreprises françaises, y compris Total, avaient déjà annoncé leurs décisions de cesser leurs relations commerciales avec l'Iran sous la menace de sanctions américaines.

    «Des collègues français nous ont expliqué qu'ils ne pouvaient rien faire. Ce qu'ils peuvent faire par contre c'est élaborer […] des formats de travail qui ne dépendront pas des dollars et qui seront réalisés par des entreprises qui voient plus d'avantages à commercer avec l'Iran qu'avec les États-Unis», a expliqué M. Lavrov.

    Le Plan global d'action conjoint (JCPOA) est un accord signé à Vienne le 14 juillet 2015 par les huit parties suivantes: les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, soit les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne et la République islamique d'Iran.

    Début mai, la tension est montée d'un cran autour du programme nucléaire iranien après la décision des États-Unis de se retirer de l'accord de 2015, telle qu'annoncée par le Président Trump le 8 mai dernier. Aux termes de l'accord, l'Iran se doit de brider son programme nucléaire et de ne jamais chercher à obtenir la bombe atomique, en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales les visant. Donald Trump avait également déclaré que Washington rétablirait ces sanctions imposées à Téhéran, suspendues suite à la signature de l'accord de 2015.

    Lire aussi:

    Si ce n’est pas un coup d’État, que vise l’administration de Trump en Iran?
    Accord nucléaire: où passe la ligne rouge pour l’Iran?
    L’Iran a préparé un plan B au cas où les Européens se retireraient de l’accord nucléaire
    Tags:
    ministre, négociations, commerce, sanctions, programme nucléaire iranien, ONU, Total, ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, Donald Trump, Londres, Berlin, Paris, Washington, Pékin, Moscou, Vienne, Royaume-Uni, Iran, États-Unis, France, Allemagne, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik