International
URL courte
1400
S'abonner

Grâce aux efforts diplomatiques du côté russe, les militaires syriens ont réussi à reprendre le contrôle de certains secteurs proches de la frontière avec la Jordanie. Un correspondant de Sputnik en Syrie a pu être le témoin privilégié de ces récents succès militaires et s’est entretenu avec les acteurs principaux sur le terrain.

Lors de l'opération de l'armée gouvernementale de Damas dans la province de Deraa, certains secteurs de la frontière avec la Jordanie ont été repris par les militaires syriens. Un correspondant de Sputnik a examiné la situation et s'est entretenu avec les acteurs présents sur place.

Il y a encore beaucoup de travail, du renforcement des positions militaires syriennes aux abords de la frontière, aux négociations avec des radicaux prêts à collaborer avec Damas, a estimé un représentant du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Des officiers russes du Centre mènent des discussions avec le groupe Chabab al-Sunnah sur des transferts de matériels militaires des combattants vers les forces gouvernementales syriennes. Ces radicaux, qui contrôlent la ville de Bosra à 15 kilomètres de la frontière et ses environs, ont indiqué être prêts à lutter contre d'autres groupes terroristes, à se réconcilier avec les militaires syriens et à transmettre à Damas les territoires qu'ils contrôlent encore.

À l'issue des négociations, Chabab al-Sunnah a transmis aux militaires syriens des chars, des véhicules d'infanterie et des canons motorisés.

Cela étant, le dialogue n'est à l'heure actuelle maintenu qu'avec des petits groupes tels que Chabab al-Sunnah. Il n'y a aucune négociations avec les terroristes du Front al-Nosra* ou de Daech*, dont les troupes sont pour l'instant bloquées dans un triangle entre Israël, la Jordanie et la Syrie.

«Nous avons suffisamment de forces militaires sur le terrain. Nous sommes prêts à continuer d'avancer quand nous en recevrons l'ordre», a annoncé à Sputnik un mitrailleur syrien.

En ce moment même, des gardes-frontière érigent des fortifications sur leurs positions à une distance de trois kilomètres des radicaux.

«Je pense que les jours des terroristes dans le sud de la Syrie sont comptés. Quand Sayda sera prise, Bosra capitulera, l'armée atteindra alors le poste de contrôle de Nassib. Nous rejoindrons alors les terroristes et les couperons de la frontière. Sans approvisionnement, ils ne tiendront pas très longtemps», a souligné un officier syrien.

Lors de son déplacement aux côté d'officiers russes et de militaires syriens sur les territoires contrôlés par les radicaux, le journaliste de Sputnik a pu notamment rencontrer une famille de réfugiés provenant de la ville syrienne de Saidah. Une femme lui a raconté qu'ils avaient fui la ville car des terroristes voulaient forcer son mari à combattre dans leurs rangs contre l'armée gouvernementale et la menaçaient de prendre sa fille de force comme épouse.

«Nous sommes des réfugiés de Saidah. J'ai fui avec ma famille. Nous n'avons nulle part où aller et notre voiture est en panne», a déclaré le chef de famille à Sputnik.

Les leadeurs des groupes armés de la province syrienne de Deraa ont convenu de mettre un terme aux hostilités et de remettre leurs armes, a indiqué le 7 juillet le ministère russe de la Défense.

Auparavant, les troupes gouvernementales syriennes avaient atteint la frontière avec la Jordanie dans le gouvernorat de Deraa et repris le contrôle d'un tronçon de près de six kilomètres de long. L'armée syrienne a repris le contrôle de la route reliant Damas à Amman jusqu'au point de passage frontalier Nassib, a annoncé samedi à Sputnik une source militaire.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Tags:
groupes radicaux, militaires, frontière, terrorisme, armée, Daech, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Front al-Nosra, Deraa, Damas, Amman, Jordanie, Israël, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook