Ecoutez Radio Sputnik
    La province de Deraa

    Washington dit ne pas vouloir s’immiscer dans la situation dans le sud de la Syrie

    © REUTERS / Alaa Al-Faqir
    International
    URL courte
    8218

    Interrogé par Sputnik, le Pentagone a assuré ne pas vouloir intervenir dans le sud de la Syrie où un cessez-le-feu est en vigueur entre les forces gouvernementales syriennes et les radicaux.

    Les États-Unis n'envisagent pas de s'ingérer dans la situation dans le sud de la Syrie où les forces gouvernementales ont conclu un cessez-le-feu avec des groupes de l'opposition armée et ont établi le contrôle sur la frontière avec la Jordanie, ont déclaré à Sputnik vendredi les services de presse du Pentagone et de la coalition anti-Daech* menée par les États-Unis.

    La totalité du tronçon syrien de la route qui relie Damas à la capitale jordanienne, Amman, jusqu'au point de passage frontalier Nassib, a été reprise vendredi par les forces fidèles au gouvernement de Bachar el-Assad. Samedi, le ministère russe de la Défense a fait savoir que les leaders des formations armées dans la province syrienne de Deraa étaient parvenus à des ententes sur un cessez-le-feu et le dépôt des armes.

    «Le secrétariat [américain] à la Défense est toujours concentré sur la défaite de Daech* à l'est de la Syrie et ne mène aucune opération à l'ouest du pays. […] Nous appelons instamment les autorités [syriennes] et les autres acteurs à œuvrer pour un règlement pacifique au plus vite du conflit syrien par le biais du processus de Genève», a indiqué le service de presse du Pentagone.

    Pour sa part, la coalition menée par Washington a confirmé à Sputnik être en contact permanent avec les militaires russes en Syrie pour éviter tout risque de conflit sans toutefois discuter avec eux des questions politiques.

    «La ligne de prévention des conflits lors d'opérations aériennes et terrestres passe par un échange professionnel [d'informations] en vue d'éviter un choix de cible accidentel et une escalade inutile entre les forces syriennes [de Damas] soutenues par la Russie et les Forces démocratiques syriennes et l'opposition vérifiée [par les États-Unis] soutenues par la coalition», a indiqué le service de presse de cette dernière.

    La province de Deraa fait partie de la zone de désescalade établie en juillet 2017 au sud-ouest de la Syrie par la Russie, les États-Unis et la Jordanie. En juin 2018, Washington avait plusieurs fois exprimé sa préoccupation pour les activités de Damas dans cette région, promettant de «prendre des mesures résolues en réponse aux violations du gouvernement syrien dans la région». Damas explique qu'il mène des combats dans la région pour lutter contre le Front al Nosra*, qui n'est pas concerné par le cessez-le-feu.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    L'armée syrienne reprend le contrôle de la route Damas-Amman
    Washington menace Damas d'une action «ferme»
    L’opposition syrienne dévoile les détails d’un accord sur le cessez-le-feu avec la Russie
    Tags:
    Pentagone, Deraa, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik