Ecoutez Radio Sputnik
    Un graffiti La Crimée et la Russie - ensemble pour toujours

    Donald Trump pense-t-il vraiment reconnaître l’appartenance de la Crimée à la Russie?

    © Sputnik . Artiom Jitenev
    International
    URL courte
    10213

    Alors que Donald Trump a récemment déclaré aux journalistes qu’il n’était pas exclu que les États-Unis reconnaissent la Crimée en tant que territoire appartenant à la Russie, le représentant spécial américain pour l'Ukraine Kurt Volker a expliqué ce que voulait vraiment dire le Président US.

    Les États-Unis n'ont pas l'intention de reconnaître la Crimée en tant que partie intégrante du territoire russe et les médias américains ont mal interprété la position du locataire de la Maison-Blanche, a déclaré Kurt Volker, représentant spécial américain pour l'Ukraine, dans une interview à la chaîne de télévision allemande en langue russe OstWest.

    «La Maison-Blanche a exprimé de façon très claire que le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton et la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Huckabee Sanders avaient précisé que les États-Unis ne prévoyaient pas de reconnaître l'annexion russe de la Crimée», a déclaré le diplomate.

    Kurt Volker a notamment ajouté que Moscou était responsable de la «guerre hybride» en Crimée et du conflit dans le Donbass, ce qui, à son avis, ce qui était à l'origine de l'opinion défavorable sur la Russie en vogue dans la population ukrainienne.

    Auparavant, interrogé sur la reconnaissance du rattachement de la Crimée à la Russie, Donald Trump avait répondu: «On va voir», ce qui avait été interprété par des médias US comme le signe que le dirigeant n'écartait pas cette possibilité.

     

    Lire aussi:

    Donald Tusk évoque ce que Trump pense de l'Ukraine
    Le Kremlin explique ce qu’il faut pour résoudre le conflit dans le Donbass
    Bolton évoque les sujets abordés lors de sa rencontre avec Poutine
    Tags:
    médias, Kurt Volker, Donald Trump, États-Unis, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik