Ecoutez Radio Sputnik
    Christ Rédempteur à Rio de Janeiro

    Quand les leaders mondiaux défient Notre Seigneur

    © Sputnik . Grigoriy Sisoev
    International
    URL courte
    381938

    Rodrigo Duterte est loin d'être un cas unique: dans le monde entier, les chefs d'État ne sont pas toujours prudents lorsqu'ils évoquent le nom de Dieu en public.

    Les puissants de ce monde ont parfois des relations compliquées avec le Créateur, et Rodrigo Duterte en est un exemple éloquent. Tout récemment, le dirigeant philippin s'est engagé à présenter sa démission si quelqu'un parvenait à lui prouver l'existence de Dieu avec des preuves matérielles, par exemple, avec un selfie où poserait le grand architecte de l'Univers.

    Duterte l'apostat

    Il ne s'agit pas de la première incartade de M.Duterte à l'égard de Notre Seigneur et celle-ci figure sans doute parmi les plus inoffensives. Il convient de rappeler qu'à la fin du mois de juin dernier il n'a pas hésité à traiter le Très-Haut de «stupide» et de «fils de p***» pour avoir laissé Adam manger la pomme, comme la Genèse le rapporte. «Tu as créé quelque chose de parfait et puis tu imagines un événement tentateur qui détruit la qualité de ton travail», a lancé le Président philippin s'adressant de toute évidence à Dieu dont il doute cependant de l'existence.

    «Quel est ce Dieu stupide? Ce fils de p*** est stupide», a conclu le chef d'État philippin. Ces déclarations ont suscité la condamnation de la part de nombreux citoyens des Philippines, pays très catholique où l'Eglise jouit d'une puissance considérable. L'évêque Arturo Bastes a alors qualifié le Président de «fou», invitant les fidèles à prier pour que cessent ses «propos blasphématoires».

    Donald Trump, chef d'œuvre de Dieu

    Une autre pop star de la politique internationale, Donald Trump, se montre un peu plus réservé lorsqu'il s'agit de Dieu, mais ne s'abstient pas toujours de propos provocateurs. Ainsi, annonçant sa candidature à l'investiture républicaine en vue de l'élection présidentielle de 2016, le magnat de l'immobilier s'est déclaré persuadé qu'il serait «le plus grand Président de l'emploi que Dieu ait jamais créé».

    Jacob Zuma, avec vous jusqu'à ce que Jésus revienne

    Parfois, la théologie interfère avec la politique de façon très inattendue: ainsi, l'ex-Président sud-africain Jacob Zuma s'est attiré les foudres de divers groupes religieux en 2011 après avoir promis à ceux qui voteraient pour son parti, l'ANC, une place au Paradis. L'opposition a qualifié les propos du Président Zuma d'«incendiaires et dangereux», l'accusant de «chantage politique et religieux indécent».

    Trois ans après, M.Zuma s'était déclaré persuadé que l'ANC était «béni» pour gouverner l'Afrique du Sud «jusqu'à ce que Jésus revienne», ce qui a également suscité la colère d'une partie de la population.

    Jésus Christ battu par Robert Mugabe…

    Un autre leader africain, celui qui a dirigé le Zimbabwe plus longtemps que le Fils de l'Homme n'a été présent sur Terre, s'est vanté en 2012 d'avoir battu Jésus Christ en termes de… résurrections:

    «Je suis mort plusieurs fois. C'est là où j'ai battu Jésus Christ. Celui-ci n'est mort qu'une seule fois, et il est ressuscité une seule fois, et moi je ne peux pas dire combien de temps je vais mourir et ressusciter», a déclaré Robert Mugabe dans une interview accordée à une radio locale à l'approche de son 88ème anniversaire.

    …et substitué par Xi Jinping

    En novembre 2017, plusieurs médias européens ont rapporté que les autorités de la province chinoise du Jiangxi, soucieuses de convertir les chrétiens locaux au communisme, avaient demandé aux habitants de remplacer leurs images de Jésus et leurs crucifix par des portraits du Président Xi Jinping sous peine de se voir refuser l'accès aux aides sociales.

    Ces efforts s'inscrivent officiellement dans le cadre d'une campagne gouvernementale visant à «réduire la pauvreté», le Parti communiste chinois considérant que le christianisme serait responsable des problèmes financiers de certaines familles chrétiennes. On ignore cependant si les portraits de M.Xi ont aidé à améliorer leur bien-être.

    Lire aussi:

    Stupide «fils de p***»: Duterte s’en prend maintenant à Dieu!
    Afrique du Sud: Jacob Zuma aurait 48 heures pour démissionner
    Quand Rodrigo Duterte appelle Xi Jinping à la demande de Donald Trump
    Tags:
    théologie, dieu, athéisme, christianisme, Parti communiste chinois (PCC), Jésus Christ, Rodrigo Duterte, Donald Trump, Robert Mugabe, Jacob Zuma, Xi Jinping, Zimbabwe, Afrique du Sud, Chine, Philippines, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik