Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    WSJ: en 1999, Pyongyang proposait un marché sur l'Iran à Israël

    © AP Photo / Vahid Salemi
    International
    URL courte
    465

    En 1999, la Corée du Nord a demandé à Israël un milliard de dollars en échange de la non-communication de ses technologies balistiques et nucléaires à la partie iranienne, rapporte The Wall Street Journal.

    Israël aurait pu endiguer le développement du programme balistique iranien s'il avait accepté la proposition que lui avait faite Pyongyang en 1999, écrit The Wall Street Journal citant l'ex-vice-ambassadeur nord-coréen à Londres Thae Yong-ho.

    Selon l'ancien diplomate, qui a fait défection en 2016, le pays communiste a proposé à Israël de lui verser la coquette somme d'un milliard de dollars en échange du refus de Pyongyang de partager ses technologies balistiques et nucléaires avec Téhéran, Damas et d'autres adversaires stratégiques de l'État hébreu.

    La proposition en question aurait été faite lors d'une réunion entre l'ambassadeur nord-coréen en Suède Son Mu Sin et son homologue israélien Gideon Ben Ami dans un café de Stockholm.

    Toujours d'après The Wall Street Journal, le diplomate israélien a douté que son pays accepte un tel marché. En guise d'alternative, il a proposé de fournir de l'aide alimentaire et humanitaire à la Corée du Nord. Cette option a été rejetée par Pyongyang, qui a alors dynamisé sa coopération militaire avec l'Iran, la Syrie et d'autres Etats hostiles à Israël.

    Le journal indique avoir demandé à MM. Song et Ben-Ami de commenter ces informations, mais sans succès.

    Lire aussi:

    Un ministre nord-coréen en Suède, dans quel but?
    La Corée du Nord convoque ses ambassadeurs pour une réunion à Pyongyang
    Ambassadeur russe à Pyongyang: Moscou est bien informée sur les missiles nord-coréens
    Tags:
    technologies balistiques, programme balistique, programme nucléaire iranien, nucléaire, Thae Yong-ho, Suède, Israël, Iran, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik