Ecoutez Radio Sputnik
    Nadeem Kashish

    Elections au Pakistan : le Premier ministre sortant face à une transgenre

    © AFP 2018 Aamir Qureshi
    International
    URL courte
    8312

    Nadeem Kashish est candidate aux élections législatives du 25 juillet au Pakistan. Sa particularité ? Elle fait partie des «khawajasiras», les transgenres du pays. Elle veut profiter du scrutin pour donner davantage de visibilité à sa communauté.

    «Je me présente pour la première fois et votre vote me donnera mon identité.» Alors qu'elle sillonne un quartier pauvre d'Islamabad, Nadeem Kashish s'adresse aux passants. Cette transgenre a décidé de se lancer dans la course des élections législatives qui auront lieu le 25 juillet au Pakistan. Les adversaires de sa circonscription? Le Premier ministre sortant Shahid Khaqan Abbasi et le chef de file de l'opposition Imran Khan. Ces deux adversaires de poids ne lui laissent aucun espoir de l'emporter. Mais peu importe. Ce n'est pas la victoire que vise Nadeem Kashish mais une meilleure visibilité pour sa communauté.

    Pays conservateur, le Pakistan a pourtant été un pionnier en matière de reconnaissance d'un troisième sexe. En 2009, il a été l'un des premiers pays au monde à adopter une loi en ce sens. Plus récemment, le Parlement pakistanais a voté un texte qui autorise les transgenres à déterminer eux-mêmes leur sexe sur tous les documents officiels. Ils peuvent opter pour un mélange des deux. Autre avancée: un candidat s'identifiant comme une femme peut désormais se présenter en tant que telle.

    Pour les électeurs transgenres, le gouvernement a également fait un geste. Ils «seront libres de voter dans les isoloirs pour femmes ou ceux pour hommes», assure Altaf Ahmad, porte-parole de la Commission électorale pakistanaise. Elles auront même droit à un passe-droit, ou plutôt un coupe-file. Ce dernier leur permettra d'éviter les longues queues attendues le jour du scrutin.

    Toutes ces avancées concernant les droits des transgenres ont été acquises grâce à la lutte longue et acharnée des «khawajasiras», le terme désignant un troisième sexe au Pakistan. Nadeem Kashish se montre reconnaissante envers son gouvernement «Il nous a apporté son soutien et de l'espace et nous utiliserons cette opportunité au maximum.» Il faut dire que le combat est loin d'être fini. Dans la vie de tous les jours, les transgenres pakistanais sont régulièrement victimes de discriminations, d'extorsions et cela va parfois jusqu'au meurtre. Beaucoup survivent en mendiant ou en se prostituant.

    ​C'est pour améliorer leurs conditions que Nadeem Kashish arpente les rues d'Islamabad et distribue des tracts à la foule. Elle donne même son numéro de téléphone! Ses slogans? «Préservez l'eau pour la prochaine génération » et «J'ai besoin de votre soutien». Et elle n'est pas seule dans son combat. La minorité transgenre est une des plus politisées du Pakistan. Si sur les 13 khawajasiras qui avaient déposé leur candidature aux élections législatives, 9 ont dû abandonner faute de moyens pour la plupart, quatre candidats sont toujours en lice. Ils mènent notamment campagne sur les réseaux sociaux et participent également aux rassemblements locaux. Une tactique qui pourrait s'avérer payante. Du moins à minima. «Je crois néanmoins qu'ils parviendront à obtenir quelques voix», a estimé Uzma Yaqoob, qui dirige l'ONG du Forum des initiatives pour la dignité (FDI).

    Nadeem Kashish la joue collectif. Elle anime une émission de radio et a invité les autres candidats transgenres à participer à l'un de ses numéros. Lubna Laal, qui se présente dans la province centrale du Pendjab, en a profité pour affirmer que le chemin vers la reconnaissance sera encore long. «Nos parents ne nous acceptent pas», a-t-elle regretté. Avant de poursuivre: «La société non plus ne nous accepte pas, c'est ça le principal problème».

    D'après plusieurs études, le Pakistan compterait plus d'un demi-million de transgenres. TransAction, une organisation de défense des droits de la communauté, l'estime même à près de deux millions. Reste à savoir s'ils se déplaceront dans les urnes.

    Lire aussi:

    Le Pentagone reporte l’ouverture de l’armée aux transgenres
    Personnes transgenres interdites dans l’armée US: Trump explique ses motifs
    Malgré l’interdiction, les personnes transgenres continueront à servir dans l’armée US
    Tags:
    transgenre, élections législatives, Pakistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik