Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président érythréen, Isaias Afeworki, et le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed Ali le 8 juillet à Asmara

    Éthiopie et Érythrée enterrent la hache de guerre et adoptent enfin les accords d’Alger

    © AP Photo / ERITV
    International
    URL courte
    1152

    20 ans après le déclenchement du conflit frontalier entre les deux pays (1998-2000) et conformément aux accords d’Alger signés en décembre 2000, l'Éthiopie et l'Érythrée ont signé le 9 juillet un accord de paix, ouvrant ainsi un nouveau chapitre dans leurs relations diplomatiques, économiques et culturelles.

    Tout en s'engageant à mettre en œuvre les accords d'Alger signés en décembre 2000, L'Érythrée et l'Éthiopie ont décidé, le 9 juillet, d'enfin faire taire les armes. Le Président érythréen, Isaias Afeworki, et le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed Ali, ont signé à Asmara, capitale de l'Érythrée, une «déclaration conjointe de paix et d'amitié». C'est ce que relate le site officiel du ministère érythréen.

    Tout en prenant l'engagement de mettre en œuvre les accords d'Alger, qui ont tracé les premiers jalons de la paix entre les deux pays, les deux dirigeants se sont entendus pour déclarer: «l'état de guerre entre l'Éthiopie et l'Érythrée a pris fin. Une nouvelle ère de paix et d'amitié a été ouverte». Selon la déclaration du ministère, «les deux gouvernements s'efforceront de forger une coopération politique, économique, sociale, culturelle et de sécurité qui serve et favorise les intérêts vitaux de leurs peuples».

    Tout en affirmant qu'une «décision concernant la frontière entre les deux pays sera mise en œuvre», les deux responsables ont ensemble décidé que «les liaisons de transport, de commerce et de communication entre les deux pays, […] les liens diplomatiques et les activités reprendront».

    En conclusion, Isaias Afeworki et Abiy Ahmed Ali ont affirmé que «leurs deux pays s'efforceront conjointement d'assurer la paix, le développement et la coopération dans la région».

    «Après la discussion, nous avons accepté de rouvrir nos ambassades», a affirmé le premier ministre éthiopien devant les télévisions publiques des deux pays suite à la signature de la déclaration.

    Les accords d'Alger, signés le 12 décembre 2000 entre les deux parties suite au cessez-le-feu du 18 juin 2000, sont un traité de paix placé sous la direction de l'Onu et visant à mettre officiellement terme «à la guerre entre l'Érythrée et l'Éthiopie qui s'est déroulée entre 1998 et 2000», rappelle l'Algérie Presse Service (APS) dans son édition du 9 juillet.

    Selon la même source «l'accord incluait l'échange de prisonniers de guerre et le respect des accords du cessez-le-feu, notamment la création d'une ligne de démarcation de 25 km de large et l'envoi de Casques bleus».

    L'accord prévoyait également, selon l'APS, «la création d'une commission pour discuter des territoires disputés dans le cadre de la guerre entre l'Érythrée et l'Éthiopie, ainsi qu'une commission sur les causes et les crimes perpétrés durant la guerre».

    Conformément aux accords d'Alger, une Commission frontalière Érythrée-Éthiopie est créée, le 13 avril 2002, avec la contribution de la Cour permanente d'arbitrage de La Haye. «La décision de la Cour a accordé des territoires à chaque partie, et Badmé [où avait éclaté le conflit, ndlr] est attribué à l'Érythrée», a conclu l'APS.

    Lire aussi:

    L'Éthiopie tend la main à l'Érythrée après des décennies de tensions
    Crise des barrages: l'Afrique de l'Est est-elle à la veille d'une nouvelle guerre?
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Tags:
    accord de coopération, accord de paix, accord, ONU, Abiy Ahmed Ali, Isaias Afeworki, Algérie, Éthiopie, Érythrée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik