Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin de Moscou

    Moscou conclut que Londres a développé l’agent innervant employé à Salisbury et Amesbury

    © Sputnik . Aleksei Druzhinin
    International
    URL courte
    14450

    La rapidité avec laquelle on a identifié au Royaume-Uni la nature de l'agent innervant employé à Salisbury et Amesbury prouve que ce pays a travaillé à son développement et possède des échantillons de cette substance, a déclaré l'ambassade de Russie à Londres.

    L'ambassade de Russie à Londres demandera aux autorités britanniques de dévoiler les détails du programme de synthèse de substances toxiques dans le contexte des incidents qui ont eu lieu à à Salisbury et Amesbury, au Royaume-Uni, est-il indiqué dans une déclaration du secrétaire de presse de l'ambassade diffusée ce mercredi.

    «Nous envisageons d’exiger des autorités britanniques de dévoiler le programme existant au Royaume-Uni de synthèse des agents de guerre chimiques, y compris ceux qui appartiennent à un ensemble de nouveaux agents neurotoxiques étudiés en Occident sous le nom de "Novitchok". La divulgation de ces informations sera dans l'intérêt de tous ceux qui cherchent à établir la vérité dans l'affaire de Salisbury», est-il indiqué.

    Et de souligner que la vitesse avec laquelle les experts ont déterminé le type de la substance et le rôle que les employés du laboratoire de Porton Down ont joué dans l’assistance fournie aux victimes témoigne que «la partie britannique a travaillé à son développement et en possède des échantillons».

    Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury en Angleterre. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

    Le samedi 30 juin, Dawn Sturgess, 44 ans, et Charlie Rowley, 45 ans, ont été retrouvés inconscients dans leur maison d'Amesbury, ville située à une dizaine de kilomètres de Salisbury. Scotland Yard a annoncé que le couple avait été empoisonné par l'agent innervant «Novitchok».

    Malgré l'annonce faite par la police que le couple d’Amesbury hospitalisé à Salisbury présenterait des «symptômes similaires» à ceux de l'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille, les autorités britanniques n'y voient aucun lien, d'après le ministre de la Sécurité britannique Ben Wallace. Les deux incidents ont eu lieu non loin du laboratoire secret de Porton Down relevant du ministère britannique de la Défense.

    Lire aussi:

    La femme intoxiquée à Amesbury est décédée à l'hôpital
    Un lien entre l'empoisonnement d'Amesbury et l'affaire Skripal? La réponse de Londres
    Les circonstances de l’empoisonnement du couple à Amesbury dévoilées
    Tags:
    agent innervant, développement, ambassade, Amesbury, Salisbury, Royaume-Uni, Londres, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik