International
URL courte
8246
S'abonner

C’était bien inéluctable: en visite au Royaume-Uni, il allait d'une manière ou d'une autre bousculer les conventions royales britanniques. Le Président américain a de nouveau gaffer face à sa majesté, en révélant les détails de la rencontre avec la reine britannique Elisabeth II dans une interview accordée à The Daily Mail.

Le 13 juillet, le Président Trump a rencontré la reine d'Angleterre Elisabeth II au château de Windsor pour un entretien de courtoisie, en présence également de la Première dame Melania Trump. Bien que la rencontre soit déjà terminée, le Président américain a pu de nouveau manquer à l'étiquette, en révélant les détails de leur conversation au quotidien britannique Daily Mail.

Dans l'interview, M.Trump a admis que pendant la conversation il a abordé le sujet du Brexit, et a révélé aux journalistes la réponse de la reine. «Elle a dit, et avait raison, que c'est un problème très difficile. Je pense que personne n'avait la moindre idée de la gravité de cette [décision]. Tout le monde pensait que c'était si simple, (…) voyons ce qu'il se passe», a-t-il déclaré.

Selon les traditions et les règles, le contenu des conversations lors de l'audience avec le monarque ne doit pas être rendu public. De plus, les membres de la famille royale n'ont pas le droit de vote et ne peuvent pas discuter publiquement de sujets politiques.

Le 13 juillet, le Président américain et son épouse Melania sont arrivés en retard pour leur rencontre avec la reine d'Angleterre Élisabeth II. Le monarque a dû patienter plus de 10 minutes à l'entrée au château de Windsor, où une cérémonie du thé était prévue avec leur participation.

Par la suite, la reine et son hôte ont passé en revue la garde d'honneur. Une image a largement été reprise montrant un Donald Trump passant devant Elisabeth II, lui tournant le dos et semblant la mépriser.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Tags:
conversation, interview, reine Élisabeth II, Royaume-Uni, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook