Ecoutez Radio Sputnik
    Portrait d'Oussama Ben Laden

    L'ex-garde du corps de Ben Laden expulsé «par erreur» en Tunisie

    © AFP 2018 DEWIRA
    International
    URL courte
    6154

    Berlin veut que la Tunisie lui renvoie l'ex-garde du corps présumé du chef d'Al-Qaïda expulsé d'Allemagne en raison d'un retard bureaucratique.

    L'ex-garde du corps présumé d'Oussama Ben Laden a été placé en détention préventive en Tunisie après avoir été expulsé d'Allemagne, a fait savoir samedi le porte-parole du pôle antiterroriste tunisien Sofiene Sliti.

    L'intéressé Sami A., de nationalité tunisienne, a été reconduit dans le pays africain le 13 juillet en dépit du fait que la justice avait ordonné le 12 juillet qu'il ne soit pas expulsé en attendant un examen approfondi de son dossier. Pourtant, lorsque les autorités ont appris la décision, Sami A. était déjà dans l'avion. Dès son arrivée à Tunis, il a naturellement été arrêté.

    La justice allemande a ensuite demandé le renvoi de ce dernier, mais la partie tunisienne ne s'empresse pas de satisfaire la requête. En Tunisie, où Sami A. est recherché depuis le mois de juin, la loi antiterroriste permet de poursuivre tout Tunisien qui aurait commis un crime terroriste à l'étranger.

    Âgé de 42 ans, l'ancien garde du corps de Ben Laden clame toujours son innocence. Depuis 1997, il vivait à Bochum en compagnie de son épouse et leurs quatre enfants, tout en recevant 1.168 euros par mois du gouvernement allemand.

    Vu la menace de torture dans son pays d'origine, Sami A. n'a pas pu être expulsé d'Allemagne pendant des années, bien qu'il y ait été classé comme personne dangereuse.

    Lire aussi:

    Un garde du corps de Ben Laden vit de l'aide sociale en Allemagne
    Vols suspendus entre les Émirats et la Tunisie: Tunis partage ses craintes
    En Russie, la sélection tunisienne éliminée, son public qualifié
    Tags:
    justice, lutte antiterroriste, expulsions, garde du corps, Oussama ben Laden, Allemagne, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik