International
URL courte
Par
10202
S'abonner

Lancée en France en décembre dernier, la chaîne russe RT, autorisée par le CSA, mais accusée d’être un «organe de propagande», peine à se faire accréditer aux conférences de presse de l’Élysée. «Un parfum de censure d’État», pour le syndicat national des journalistes.

Le SNJ vole au secours de RT France. Le 12 juillet dernier, le Syndicat National des Journalistes a publié un communiqué, «Élysée Vs RT France: un parfum de censure d'État», suite au «nouvel épisode de la "guerre" puérile menée par l'Élysée contre l'antenne française de la chaîne de télévision russe RT». À plusieurs reprises, des journalistes de la chaîne se sont vus refuser des accréditations, alors que «la diffusion de RT France est bien autorisée par le CSA depuis septembre 2015 et les journalistes de sa rédaction sont titulaires de la carte de presse.»

«Ça veut dire qu'il y a une vindicte des autorités françaises contre RT France. Et cela nous fait craindre que cette vindicte puisse s'adresser à d'autres médias et journalistes si la profession ne dit pas quelque chose publiquement», explique Dominique Pradalié, secrétaire général du SNJ à Sputnik France.

Une attitude qui date d'avant l'élection, puisque les équipes de RT avaient été interdites d'accès au QG de campagne d'Emmanuel Macron par son équipe. Le SNJ y voit une sorte de «"représailles" à la diffusion de sujets probablement pas assez complaisants». «C'est une des hypothèses», commente Mme Pradalié.

«On peut supposer que le candidat à l'époque et le Président de la République veulent faire un exemple vis-à-vis de la Russie. Mais ce ne sont que des suppositions.»

La question de savoir si M. Macron verrouille sa communication agite la presse depuis son investiture. Lors du premier Conseil des ministres, photographes et caméras avaient été évacués de la cour de l'Élysée. Lors de son déplacement officiel au Mali, le choix des reporters avait alors fait débat: nos confrères reprochaient à l'Elysée de choisir nominativement les correspondants accrédités, du jamais vu. Le Château s'était défendu en expliquant qu'il privilégiait les spécialistes de l'Afrique et des questions de défense. «Cela fait un an que l'on dénonce la vision que semble avoir le président de la République du journalisme», poursuit M. Pradalié.

«Du temps des Présidents précédents, il y avait un "certain respect" vis-à-vis de l'information et de son indépendance. Ce qui n'est pas le cas du Président actuel. […] Je ne sais pas s'il est moins bavard avec les journalistes. Nous verrons peut-être surgir, dans un an, un livre de confidence comme nous l'avons vu avec le Président Hollande.»

La proposition de Loi (PPL) contre les «fausses informations» vise directement RT, selon le SNJ. Devenue loi contre la «manipulation de l'information», le SNJ s'inquiète des responsabilités qui seront octroyées au CSA. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel «devrait s'assurer qu'un média audiovisuel étranger n'est pas sous influence… mais que veut dire "sous influence"? Ça ne veut rien dire. C'est l'arbitraire le plus complet»

«Nous avons toujours dit que le CSA n'est pas indépendant […] Que ce soit une instance de régulation, c'est très bien. Mais qu'elle se mêle du contenu, ça devient grave», conclut Mme Pradalié. 

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
chaîne de télévision russe RT, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook