Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires russes assurent la sécurité de la livraison de l'aide humanitaire

    Moscou: les radicaux empêchent les livraisons humanitaires à Idlib

    Photo fournie par le Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes
    International
    URL courte
    6328

    Les groupes armés illégaux ne permettent pas aux militaires russes et syriens de fournir de l'aide humanitaire à la population civile dans la zone de désescalade d'Idlib.

    Les radicaux de la zone de désescalade d'Idlib entravent l'acheminement des fournitures humanitaires destinées à la population locale, annonce le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    «Malgré la situation difficile en matière de livraison des produits alimentaires et des médicaments à la population de la zone de désescalade d'Idlib, les chefs des groupés armés illégaux ont refusé de faire passer dans les quartiers qu'ils contrôlent de l'aide humanitaire fournie par le Centre russe et par le gouvernement syrien», a indiqué Alexeï Tsygankov, chef du Centre.

    Selon lui, les civils continuent de quitter les zones contrôlées par les radicaux. Ces dernières 24 heures, 302 personnes en sont sorties par un couloir humanitaire à travers le point de Kafer-Kham. En plus, 105 personnes sont rentrées dans la Ghouta orientale depuis des camps de réfugiés. Les médecins militaires russes ont fourni une assistance médicale à 13 Syriens dont six enfants.

    Il a également ajouté que des radicaux avaient rendu trois chars, un canon antiaérien, quatre mortiers, un obusier, quatre mitrailleuses lourdes et une grande quantité de munitions de différents calibres et types.

    Lire aussi:

    Le premier convoi humanitaire russe arrive à la Ghouta orientale
    Le premier groupe de 13 radicaux non armés quitte la Ghouta orientale
    Ghouta orientale: un premier convoi humanitaire dans la zone de désescalade
    Tags:
    Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Alexeï Tsygankov, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik