Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de la SyrieTskhinvali, capitale sud-ossète

    La Syrie et l'Ossétie du Sud établissent des relations diplomatiques

    © Sputnik . Mikhail Alaeddine © Sputnik . Ruslan Vahaev
    1 / 2
    International
    URL courte
    4283

    La Syrie et l’Ossétie du Sud, république sud-caucasienne qui a proclamé son indépendance par rapport à la Géorgie après une guerre lancée par Tbilissi en 2008, ont signé un accord sur l’établissement des relations diplomatiques, d’après l’agence officielle syrienne Sana.

    Les ministres syrien et sud-ossète des Affaires étrangères, Walid al-Mouallem et Dmitri Medoev ont signé dimanche à Damas un accord sur l’établissement de relations diplomatiques, a annoncé l’agence syrienne Sana.

    Selon l’agence qui cite le vice-Premier ministre et chef de la diplomatie Walid al-Mouallem, les deux pays ont également signé plusieurs accords bilatéraux.

    M.Medoev a remercié la Syrie pour avoir reconnu l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud fin mai dernier, avant d’annoncer que Tskhinvali souhaitait promouvoir les relations économiques, politiques et culturelles avec Damas.

    L’Abkhazie et l'Ossétie du Sud ont proclamé leur indépendance de la Géorgie le 26 août 2008, quelques semaines après l’agression armée géorgienne contre la capitale sud-ossète Tskhinvali. Début août 2008, le jour d’ouverture des Jeux olympiques d’été de Pékin, les troupes géorgiennes avaient attaqué l'Ossétie du Sud, détruisant une partie de Tskhinvali, tuant plusieurs représentants des forces de maintien de la paix de la CEI et massacrant de nombreux civils. La Russie a mené une opération militaire pour imposer la paix à la Géorgie.

    La Russie, et quatre autres pays — le Nicaragua, le Venezuela et les États insulaires de Nauru et de Tuvalu – ont plus tard reconnu la souveraineté de ces deux républiques sud-caucasiennes. La Géorgie continue de les considérer comme des territoires occupés. Le Kremlin a maintes fois déclaré que la reconnaissance de ces républiques reflétait les réalités existantes et ne pourrait jamais être remise en cause, étant sans appel.

    Lire aussi:

    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    Guerre des 5 jours: Moscou nomme la principale leçon du conflit en Ossétie du Sud en 2008
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Tags:
    relations diplomatiques, Dmitri Medoev, Walid al-Mouallem, Ossétie du Sud, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik