Ecoutez Radio Sputnik
    Les forces de sécurité kurdes à Erbil, en Irak le 23 juillet 2018

    Deux auteurs de l’attaque contre l’administration d’Erbil tués par les forces de sécurité

    © REUTERS / Azad Lashkari
    International
    URL courte
    195

    Les services de sécurité du Kurdistan irakien ont neutralisé deux assaillants ayant attaqué le 23 juillet au matin le bâtiment de l'administration d'Erbil, la capitale de la région autonome, annonce la télévision locale. Peu de temps après, un kamikaze s’est fait sauter à Erbil.

    Un groupe d’hommes armés a attaqué le 23 juillet au matin le siège de la ville d'Erbil, la région autonome du Kurdistan irakien. Un policier a été blessé lors de l’opération.

    ​Les membres des forces de sécurité sont d'abord parvenus à neutraliser deux assaillants, relate la télévision locale. 

    D’autres assaillants détenaient alors des otages. Deux otages ont été libérés lors de l’opération des forces de sécurité kurdes. L'un d'entre eux a été gravement blessé, ont indiqué des officiels. 

    Quelques heures plus tard, Reuters a rapporté, citant une source de sécurité, que l'un des assaillants avait mené un attentat suicide dans le bâtiment du gouvernement. Des forces de sécurité ont été dépêchées sur les lieux.

    Les responsables kurdes de la sécurité, commentant l'attaque, ont déclaré qu'ils suspectaient que les assaillants appartenaient au groupe terroriste Daech*.

    Les forces de sécurité ont finalement annoncé qu’elles avaient éliminé tous les assaillants et que l’opération était désormais terminée. Le gouverneur d’Erbil a affirmé qu’un employé avait été tué dans l’attaque.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Un individu prend quatre enfants en otages dans un appartement en Floride
    Le Kurdistan irakien s'élève contre les décisions de Bagdad sur le référendum
    En Irak, «les Kurdes se sont sentis lâchés»
    Tags:
    attentat suicide, attaque, police, Erbil, Kurdistan, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik