International
URL courte
2310
S'abonner

Dans un message adressé à Vladimir Poutine, le dirigeant houthi Mehdi Hussein al-Machat lui aurait demandé de mettre à profit son influence internationale pour arrêter la guerre au Yémen.

Le Président du Conseil politique suprême des Houthis, Mehdi Hussein al-Machat, a sollicité Vladimir Poutine en le priant de se servir de son influence internationale pour aider à arrêter la guerre civile au Yémen.

Selon l'agence d'information yéménite SABA, il est convaincu que l'influence de la Russie pourrait contribuer à mettre fin à l'agression et à lever le blocus. Le chef houthi aurait demandé à Vladimir Poutine d'assurer la sécurité et la stabilité au Yémen.

En outre, les Houthis yéménites ont également appelé Emmanuel Macron à intervenir et à «jouer un rôle politique notable pour établir la paix au Yémen».

Le dirigeant houthi a fait état de sa volonté de soutenir tout effort de Moscou et de Paris en faveur d'un processus politique de paix et de l'ouverture de négociations capables de régler la situation au Yémen.

La guerre au Yémen a fait plus de 10.000 morts, dont de nombreux civils depuis l'intervention il y a trois ans de la coalition militaire sous commandement saoudien pour repousser l'avancée des Houthis. Elle a provoqué la pire crise humanitaire du monde, selon des agences de l'Onu, et plus de huit millions de Yéménites sont aujourd'hui confrontés à des risques de famine.

Le conflit a connu un nouveau rebondissement en décembre, lorsque les rebelles Houthis ont tué leur allié, l'ex-président Ali Abdallah Saleh, qui avait fait une ouverture en direction de l'Arabie saoudite.

Lire aussi:

Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
«Je reconnais ma faute»: ce golden retriever fait le coupable devant sa propriétaire
L'armée de Haftar annonce avoir détruit un navire turc transportant des armes - vidéo
Ce métal sept fois plus cher que l’or est menacé par les voitures électriques
Tags:
guerre civile, Ansarullah, Vladimir Poutine, Mehdi Hussein al-Machat, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook