International
URL courte
9913
S'abonner

L’évacuation précipitée des Casques blancs de Syrie face à l’offensive de l’armée gouvernementale syrienne prouverait que cette ONG était destinée à fournir des informations justifiant toute «agression» contre la Syrie, selon des experts interrogés par Sputnik.

L'implication des Casques blancs dans des mises en scène au cours du conflit syrien signalée dans un commentaire du département d'information du ministère russe des Affaires étrangères est pointée également du doigt par deux experts interviewés par Sputnik.

Le général libanais à la retraite Amin Hteit estime que la mission des Casques blancs est le produit 100% occidental qui consistait à créer un fond médiatique visant à justifier «l'agression» contre la Syrie de la part des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni.

«Nous avons constaté que le créateur sauve sa créature. Je le dis parce qu'il y a des preuves. D'abord, le groupe a été créé par le Royaume-Uni avec le soutien américain. Puis, ils ont été entraînés dans des camps en Israël d'où ils ont été transférés en Syrie. Enfin, ils ont filmés leurs vidéos "documentaires" sur la demande du renseignement américain et britannique. Ils ont assuré une couverture médiatique des opérations menées contre la Syrie», a signalé M.Hteit à Sputnik.

L'expert de l'Institut russe d'études stratégiques Vladimir Fitine est aussi persuadé que les Casques blancs avaient réalisé leurs mises en scène sur l'instruction et aux frais des services de renseignement des USA et de la Grande-Bretagne.

«À présent, on les évacue d'urgence pour qu'ils ne tombent pas aux mains de l'armée syrienne qui avance rapidement», explique-t-il à Sputnik.

Rappelant que tous les Casques blancs n'ont pas été évacués et que nombre d'entre eux restaient sur les territoires contrôlés par les terroristes, Vladimir Fitine prévient que de nouvelles provocations de leur part sont tout à fait possibles.

Lire aussi:

En direct: une forte explosion se produit à Madrid, au moins trois morts - vidéos
Covid-19: «si le vaccin ne fonctionne pas, on n’a pas de plan B», estime une virologue
Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
Trump en contact avec Poutine le jour de l’assaut du Capitole? Le Kremlin répond à Hillary Clinton
Tags:
renseignement, évacuation, Casques blancs syriens, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook