Ecoutez Radio Sputnik
    Les réfugiés syriens quittent le Liban

    Adieu le Liban: les réfugiés syriens regagnent leur pays (vidéo)

    © Sputnik . ZAHRAA AL-AMIR
    International
    URL courte
    3450

    Après avoir vécu pendant quatre ans dans la ville libanaise d’Arsal, 850 Syriens ont finalement pu regagner leur pays. Mais, des dizaines de milliers de réfugiés restent toujours sur le sol libanais.

    Un troisième groupe de réfugiés syriens comptant 850 personnes a regagné le Qalamoun occidental après avoir quitté la ville libanaise d'Arsal, rapporte un correspondant de Sputnik présent sur place.

    Au terme de quatre ans passés loin de leur terre natale, les réfugiés ont remercié le gouvernement et le peuple libanais pour l'accueil qu'ils leur avaient réservé.

    «Merci aux Libanais qui nous ont accueillis, et merci aux gouvernements syrien et libanais qui nous aident à rentrer chez nous», déclarent les réfugiés.

    Selon le maire adjoint d'Arsal, Rima Karambi, contacté par Sputnik, à l'heure actuelle, 60.000 réfugiés syriens se trouvent dans la ville, dont la population locale s'élève à 40.000 personnes.

    «Nous faisons face à des problèmes sociaux et économiques quotidiens. En raison de la guerre, les résidents de la ville n'ont plus de source de revenus depuis déjà quatre ans. Les Syriens acceptent toutes les propositions de travail parce qu'ils sont prêts à travailler pour une rémunération minime», a fait savoir M.Karambi.

    Toujours d'après lui, la liste des Syriens d'Arsal souhaitant regagner leur pays compte encore 3.200 noms. Auparavant, deux groupes de 297 et 380 réfugiés ont quitté cette ville frontalière libanaise.

    Lire aussi:

    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    L’Iran «paiera un prix que personne n’a jamais payé» s’il attaque les USA, promet Trump
    L'Iran publie une vidéo pour contrer les preuves que les USA prétendent avoir quant à la destruction d'un drone
    Tags:
    réfugiés syriens, retour, crise syrienne, Liban, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik