Ecoutez Radio Sputnik
    Meghan Markle

    Une amie de Meghan Markle pourrait être condamnée à 20 ans de prison en Arabie saoudite

    © AP Photo / Matt Dunham
    International
    URL courte
    536

    La militante saoudienne des droits des femmes Loujain Al-Hathloul serait soupçonnée de «trahison» par Riyad, informe la presse britannique qui se réfère à Amnesty International. Selon les médias, elle risque de passer 20 ans en prison.

    Loujain Al-Hathloul, militante des droits des femmes arrêtée en Arabie saoudite en mai dernier, pourrait être condamnée à une peine allant jusqu'à 20 ans de prison, informe la presse britannique. Selon l'organisation non gouvernementale Amnesty International, elle est soupçonnée de «trahison». En 2016, cette jeune femme avait posé sur une photo aux côtés de Meghan Markle lors du sommet One Young World. D'après les médias britanniques, les deux femmes ont des relations d'amitié.

    Auparavant Amnesty International avait fait savoir que huit militants, dont six femmes, avaient été arrêtés en Arabie saoudite «sans inculpation» un mois avant la levée de l'interdiction faite aux Saoudiennes de conduire. Selon le site de cette organisation, les autorités saoudiennes ont lancé une «campagne de dénigrement» de ces personnalités qui luttaient contre «la tutelle répressive des hommes» en Arabie saoudite. D'après des médias locaux cités par Amnesty international, les détenus sont soupçonnés de «contact avec des entités étrangères visant à saper la stabilité et le tissu social du pays».

    Loujain Al-Hathloul, classée troisième dans la liste des Top 100 Most Powerful Arab Women 2015, avait été arrêtée en mars dernier à Abou Dabi. Expulsée en Arabie saoudite, elle avait été privée du droit de quitter le pays et de poster des publications sur les réseaux sociaux.

    Lire aussi:

    Le parquet turc requiert 15 ans de prison contre les militants d'Amnesty
    Turquie: remise en liberté conditionnelle pour 8 membres d'Amnesty
    Riyad s'acharne à la fois contre le harcèlement sexuel et les féministes
    Tags:
    droits des femmes, prison, Amnesty International, Meghan Markle, Arabie Saoudite, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik