Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron et Pedro Sanchez

    Macron et Sanchez, «2 personnes qui sont parties de zéro mais avec des outils différents»

    © AFP 2018 Thibault Camus / POOL
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    1107

    Emmanuel Macron et Pedro Sanchez se sont rencontrés le 26 juillet dernier pour la quatrième fois en à peine plus d’un mois. En France comme en Espagne, plusieurs médias se sont risqués à faire des parallèles entre deux hommes qui, hormis leur fonction de chef d’Etat, n’ont pas grand-chose en commun.

    Ils sont jeunes, ils incarnent le changement et tous deux ont révolutionné la manière de faire de la politique dans leur pays. Pourtant, «on compare mais je ne pense pas qu'il faille comparer», explique d'emblée Pere Joan Pons Sampietro, député du Parti socialiste espagnol (PSOE), pour qui les idées des deux hommes peuvent converger dans certains domaines, mais restent des politiques très différentes.

    «Macron est proche du parti socialiste en Espagne sur les sujets européens. Il a un agenda plus libéral qui sera une ligne rouge, mais il y a des sujets qui nous rapprochent, comme la transition écologique, la construction européenne.»

    Alors que la gauche espagnole se construit, selon le député, autour d'une «tradition social-démocrate classique», Emmanuel Macron a créé un parti dont l'idéologie peu définie au moment de la présidentielle permettait de ratisser large.

    «La gauche espagnole mélange la volonté d'aller de l'avant avec les droits sociaux et ce que l'on appelle le pilier social: la lutte contre la précarité, la loi sur la dépendance, etc. Je pense que Macron a monté un parti "catch-all", contre le modèle classique et en même temps contre la peur populiste du Front national.»

    Alors que le but affiché d'Emmanuel Macron était de rassembler au centre de l'échiquier politique, Pedro Sanchez s'est construit à gauche du PSOE, ce qui lui a valu d'être démis de ses fonctions par ses concurrents avant de revenir grâce au soutien de la base militante.

    Au-delà des divergences de leurs idées politiques, le député socialiste des Baléares estime que les situations politiques ne sont pas non plus comparables parce qu'il s'agit de «processus différents» en France et en Espagne. 

    «Je pense que monsieur Macron est arrivé dans une situation critique — il a été élu entre Trump et Merkel — et à cette époque nous avions l'impression que l'insurrection globale allait balayer les partis traditionnels […] Malgré tout, en Espagne, les partis traditionnels ont réussi à ne pas devenir résiduels.»

    Et puis, Pedro Sanchez, aussi flamboyant qu'il paraisse après moins de deux mois à la tête de l'exécutif espagnol, gouverne en minorité avec 84 députés sur 350 et doit par conséquent faire de nombreux compromis, tandis qu'Emmanuel Macron bénéficie de la majorité absolue, ce qui lui permet de faire passer ses lois sans difficultés.

    Lire aussi:

    Macron invité à Madrid: «une volonté de l'Espagne d'occuper son rang au niveau européen»
    Rajoy quitte le pouvoir et l'Espagne risque la crise politique
    Pour la première fois, un Premier ministre espagnol a prêté serment sans Bible ni crucifix
    Tags:
    Pedro Sanchez, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik