International
URL courte
13314
S'abonner

Le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, Vassili Nebenzia, a souligné que son pays n’attendait que «des relations civilisées» de la part des États-Unis et «ni amitié, ni amour». C’est ce qu’il a répondu à Nikki Haley qui considère que les Russes «ne seront jamais nos amis».

Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, n'a pas manqué de réagir aux dernières déclarations de son homologue américaine quant à une amitié éventuelle entre les deux pays. 

«Ce n'est pas la première fois qu'elle [Nikki Haley, ndlr] le dit et je lui ai déjà répondu à plusieurs reprises… Nous ne voulons ni amitié, ni amour de la part des États-Unis. Nous voulons des relations civilisées, celles qui nous sont nécessaires non seulement à nous, mais surtout aux États-Unis parce que la situation dans le monde dépend de la température de nos relations», a dit Vassili Nebenzia.

Auparavant, Nikki Haley s'était exprimée sur l'attitude de Washington envers Moscou dans une interview exclusive accordée à CBN News.

«Ils [les Russes, ndlr] ne seront jamais nos amis. C'est la réalité», a souligné la diplomate dans un entretien à CBN News avant d'ajouter que «Nous ne faisons pas confiance à la Russie…, nous ne la lui ferons jamais.»

En avril dernier, Mme Haley avait déjà fait des déclarations similaires en affirmant que les États-Unis coopéraient avec la Russie quand cela leur était utile et frappaient quand il le fallait.

Lire aussi:

Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
«Noces ensanglantées»: dix cochons abattus clandestinement pour un mariage en Seine-Saint-Denis - photo
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
Israël attaque des sites du Hamas avec des chars et des hélicoptères
Tags:
relations diplomatiques, attitude, déclaration, amitié, négociations, diplomatie, ONU, Nikki Haley, Vassili Nebenzia, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook