Ecoutez Radio Sputnik
    Maison Blanche

    Le département d’État US passe au crible le climat des affaires en Algérie et au Maroc

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    6617

    Le département d’État américain a dévoilé les possibilités et les difficultés d’investissement dans les économies algérienne et marocaine. C’est ce qui ressort de son rapport 2018 sur le climat d’investissement dans le monde publié le 19 juillet sur son site officiel.

    Dans son rapport 2018 sur le climat d'investissement dans le monde publié le 19 juillet sur son site officiel, le département d'État américain donne les conclusions de son examen des économies des deux principaux pays du Maghreb, à savoir l'Algérie et le Maroc. Le rapport souligne les efforts du Maroc pour améliorer le climat des affaires dans le pays bien que des insuffisances restent à éliminer. Concernant l'Algérie, bien qu'ils aient évoqué «des opportunités considérables» d'investissement dans le pays à long terme, les experts du département d'État relèvent de sérieux obstacles qui entravent la participation d'investisseurs étrangers à l'économie.

    Dans le cas du Maroc, le département d'État juge positivement les mesures mises en place par le gouvernement «destinées à développer l'emploi, attirer des investissements étrangers et accroître les volumes produits et la performance économique des secteurs générant des revenus, tels que l'automobile ou l'aéronautique».

    Rabat a effectivement ratifié, dans le cadre de sa politique d'ouverture à l'égard des États-Unis et de la majorité des pays européens, 68 traités bilatéraux de promotion et de protection de l'investissement, et 60 accords économiques destinés à éliminer les taxes sur les revenus des plus-values. «L'accord de libre-échange avec les États-Unis est entré en force en 2006, éliminant immédiatement les tarifs [douaniers, ndlr] pour plus de 95% des biens industriels et de consommation», ont souligné les experts américains.

    Concernant le transfert vers l'étranger des dividendes des entreprises étrangères opérant sur le sol marocain, l'institution américaine s'est félicité du fait que la «charte d'investissement a mis en place la convertibilité du dirham [la monnaie marocaine, ndlr] pour les investisseurs étrangers, et donne la liberté de transférer les bénéfices».

    En conclusion, le département d'État a néanmoins noté quelques défis que doit relever le gouvernement marocain. «Malgré une amélioration significative de l'environnement des affaires, le manque de travailleurs qualifiés, la faible protection des droits de propriétés intellectuelles, la bureaucratie inefficace et le lent rythme de la réforme de la réglementation reste des difficultés pour le Maroc», a indiqué le rapport.

    À propos de l'Algérie, le rapport de l'administration américaine note que «plusieurs secteurs offrent potentiellement des opportunités considérables de croissance à long terme pour les entreprises américaines».

    Dans son rôle de conseiller des investisseurs américains, le département d'État affirme que, concernant les opportunités d'investissement en Algérie, «les secteurs ciblés […] comprennent l'agriculture, le tourisme, les technologies de l'information et de la communication, l'industrie, l'énergie [fossile et renouvelable, ndlr], la construction et la santé».

    Dans le cadre du programme de diversification de l'économie mis en œuvre par le gouvernement algérien pour doper la croissance hors hydrocarbures, le rapport a mis en avant le nouveau code de l'investissement qui a institué des «exonérations fiscales lucratives» ainsi que d'autres incitations à l'investissement.

    Bien que «de nombreuses entreprises [américaines, ndlr] ont signalé avoir enregistré des bénéfices annuels à deux chiffres», les rédacteurs du rapport ont néanmoins fait savoir qu'il existait des obstacles qui entravaient sérieusement le développement des investissements des PME étrangères en Algérie.

    Le plus important est la règle dite de «51/49%» (coentreprise où sont accordés 51% pour un opérateur algérien contre 49% pour un opérateur étranger), régissant l'investissement étranger. Le rapport indique que cette dernière «pose des défis» aux investisseurs américains, en particulier l'accès des PME au marché algérien, vu que ces petites et moyennes entreprises ne disposent pas de ressources humaines et financières qui leur permettent de répondre aux exigences de l'investissement.

    Le département d'État relève que le gouvernement algérien est d'accord sur le fait que l'institution «de mesures adaptées peut atténuer l'effet» de cette disposition. Ceci permettra d'encourager le partenaire étranger qui pourrait assurer le management de la coentreprise et même en devenir le plus grand actionnaire.

    Le rapport a soulevé les lourdeurs bureaucratiques en particulier en matière de transfert de dividendes. «Il y a peu de restrictions légales à la conversion, au transfert et au rapatriement des fonds», a-t-il souligné, précisant que les difficultés constatées «résultent plutôt des procédures que de limites imposées par la loi».

    Lire aussi:

    Vice-président gabonais: le développement marocain «est un exemple à suivre en Afrique»
    Création d’un fonds commun pour booster l’investissement entre l’Algérie et la France
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Tags:
    investisseurs, investissements, affaires, climat, États-Unis, Maroc, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik