Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan et Donald Trump

    La Turquie doit-elle s’attendre à de «lourdes sanctions» de la part des USA?

    © REUTERS / Asin Bulbul/Kevin Lamarque
    International
    URL courte
    12277

    Donald Trump menace la Turquie de «lourdes sanctions» si le pasteur américain Andrew Brunson, qu’Ankara accuse d’être impliqué dans le coup d’État de 2016, n’est pas libéré «immédiatement». Uluç Özülker, ex-ambassadeur turc à Paris et à Tripoli, décrypte la situation pour Sputnik.

    La situation liée à l'incarcération en Turquie d'Andrew Brunson n'est qu'un problème parmi beaucoup d'autres qui aggravent les relations entre Ankara et Washington, a déclaré à Sputnik Uluç Özülker, ancien délégué permanent turc auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

    «L'affaire Brunson n'est qu'un élément de la pression exercée par Trump et son entourage. […] Ce problème n'a pas et ne peut pas avoir d'importance déterminante pour les relations entre États», a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter qu'un consensus était indispensable entre les États-Unis et la Turquie.

    «Dans le cas contraire, une confrontation sera déclenchée qui affectera sérieusement les deux parties», a prévenu M.Özülker.

    Évoquant les pertes que risque d'essuyer Washington en cas de confrontation avec la Turquie, l'ancien diplomate a mentionné la base aérienne d'Incirlik, une éventuelle transformation du groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) en BRICS+T, proposée par le Président turc Recep Tayyip Erdogan lors du sommet de ce groupe à Johannesbourg, et enfin la Syrie.

    «En cas d'accord avec Assad en Syrie, la Turquie pourrait affaiblir considérablement les positions de Washington dans ce pays. Est-ce que les États-Unis pourraient s'opposer à la Turquie, en utilisant ces quelques milliers de membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) que les Américains y avaient eux-mêmes entraînés?», a lancé M.Özülker.

    Selon ce dernier, l'affaire Brunson serait une sorte de bluff.

    «Ils [les Américains, ndlr] ne peuvent tout simplement pas renoncer à la Turquie du jour au lendemain. […] Mais si les États-Unis qui se sont aujourd'hui querellés avec le monde entier ne bluffent pas et mettent en application leurs menaces, le bloc des pays occidentaux ne tardera sans doute pas de se disloquer. […] Et la Turquie bloquera toute initiative des États-Unis à l'Otan», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Lire aussi:

    Libération du pasteur Brunson: «une victoire pour Trump, mais pas une grande victoire»
    La Turquie renonce aux crédits du FMI
    Quel sera l’impact de la libération du pasteur Brunson sur la réputation de Donald Trump?
    Tags:
    confrontation, base aérienne, ambassadeur, sanctions, tentative de putsch en Turquie (2016), OCDE, OTAN, Sputnik, Forces démocratiques syriennes (FDS), BRICS, Bachar el-Assad, Uluc Özülker, Andrew Brunson, Recep Tayyip Erdogan, Donald Trump, Johannesburg, Incirlik, Syrie, Washington, États-Unis, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik