International
URL courte
2913320
S'abonner

Ankara entend contester un possible refus de Washington de lui livrer des chasseurs F-35 auprès d’un arbitrage international, a déclaré le Président turc. Selon lui, la Turquie a des «alternatives».

La Turquie déposera une demande d'arbitrage international si les États-Unis refusent de lui livrer des chasseurs F-35, a déclaré Recep Tayyip Erdogan, cité par la chaîne turque Haberturk TV.

«Désormais nous sommes menacés pour quelque raison […] [Ils disent, ndlr] qu'ils ne pourront pas livrer de F-35. Si vous ne livrez pas, il existe une chose appelée l'arbitrage international, nous recourrons à l'arbitrage international», a-t-il lancé.

Il a ajouté que la Turquie avait «des alternatives».

Selon The Washington Post, le 25 juillet le Congrès des États-Unis a adopté un amendement à la dernière version du budget de la défense pour 2019, approuvé par ses deux chambres, qui gèle les livraisons de chasseurs F-35 à la Turquie en raison de l'intention de ce pays d'acheter des systèmes antimissiles russes S-400.

La Turquie, deuxième armée de l'Otan par ses effectifs, et la Russie ont signé en décembre 2017 un accord sur les livraisons de missiles S-400 pour quelques 2,5 milliards d'euros. Ce contrat prévoit qu'Ankara achètera deux batteries de système S-400. Les deux pays se sont également entendus sur une coopération technique, qui permettra à la Turquie de produire des missiles sol-air sur son territoire.

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
Tags:
arbitrage, livraisons, F-35 Lightning II, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook