Ecoutez Radio Sputnik
    Police à Toronto, le 23 juillet, 2018

    Toronto: la fin d’un rêve canadien?

    © REUTERS / Chris Helgren
    International
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    13125

    Pour ses faits-divers tragiques, la ville de Toronto fait de plus en plus souvent les manchettes, au Canada et ailleurs dans le monde. Tout récemment, une autre fusillade remettait la métropole canadienne sur le devant de la scène. Mais que se passe-t-il dans celle que l’on surnomme la Ville Reine?

    Le 23 juillet dernier, un tireur faisait 2 morts et 13 blessés dans Greektown, à Toronto. Le tueur, Faisal Hussain, a été abattu par les policiers après la fusillade. Le lendemain, l'attaque a été revendiquée par le groupe État islamique, mais les policiers ne sont pas convaincus de l'allégeance du tueur envers l'organisation djihadiste. Pour l'instant, la police privilégie la piste de la maladie mentale, une hypothèse qui revient de plus en plus souvent lorsqu'il est question de terrorisme…

    Sur les lieux de la fusillade de Toronto
    © REUTERS / Chris Helgren
    Le 23 avril 2018, l'attentat à la voiture-bélier perpétré par Alek Minassian contribuait aussi à faire parler de Toronto. Minassian a percuté avec une fourgonnette de nombreux piétons près de l'avenue Finch, tuant huit femmes et deux hommes. Par la suite, l'appartenance du tueur à un groupe anti-femmes a été révélée, expliquant en partie ses motivations. Après son crime, Minassian a demandé à un policier de l'abattre, mais ce dernier est parvenu à l'arrêter et le tueur est maintenant derrière les barreaux.

    Des attentats de plus en plus fréquents

    Pour en rajouter, en mai 2018, deux personnes ont fait exploser une bombe artisanale dans un restaurant indien à Mississauga, une banlieue de Toronto. L'attaque a fait une quinzaine de blessés, dont trois graves. Au départ, les gens ont cru à un crime haineux visant la communauté indienne, mais les policiers cherchent encore le mobile du crime, de même que les deux suspects.

    L'augmentation de ce type d'attaques à Toronto ne passe pas inaperçue. D'autant plus que le Canada est toujours considéré comme l'eldorado de la tolérance.

    Dans une lettre parue samedi dernier, le correspondant au Canada du New York Times, Dan Bilefsky, s'étonne que Toronto puisse aujourd'hui être confrontée aux mêmes problèmes que Paris et Londres. Pendant plusieurs années, Bilefsky a été correspondant au Canada, pays où il est récemment revenu. Il note des changements:

    «Je n'aurais jamais imaginé que j'écrirais sur les fourgonnettes des rues de Toronto, sur les suites d'une attaque contre une mosquée de Québec ou, maintenant, sur une ville de Toronto apparemment assiégée par la violence armée. Le pays que j'ai quitté a-t-il perdu son innocence?» a-t-il écrit dans les pages du quotidien new-yorkais.

    Bilefsky nuance toutefois sa propre vision. Selon lui, Toronto demeure tout de même moins troublée que d'autres métropoles nord-américaines. Est-ce vraiment le cas?

    Le nombre de crimes en augmentation

    Les policiers de Toronto ont profité de la plus récente fusillade pour aborder le problème grandissant de la violence armée. Si les attaques à caractère terroriste augmentent dans la Ville Reine, le crime organisé est aussi en pleine expansion.

    Au lendemain du dernier attentat, la ville de Toronto a demandé au gouvernement fédéral et au gouvernement ontarien de lui verser une somme de 45 millions de dollars canadiens pour l'aider à combattre la violence. Les élus municipaux devront prochainement approuver une demande de subventions pour mettre en œuvre les programmes de prévention et d'intervention de la ville contre la violence criminelle. Selon le maire de Toronto, John Tory, la ville connaît la pire flambée de violence de son histoire. Rien de moins…

    Des fusillades qui se multiplient

    Le chef de la police de Toronto, Mark Saunders, a aussi annoncé qu'il souhait qu'un plus grand nombre de caméras de surveillance et de capteurs acoustiques soient installés partout dans la ville pour prévenir la violence. Dans la même veine, le 12 juillet, le chef de la police annonçait déjà que 200 policiers supplémentaires seraient déployés dans les rues.

    Interrogé en exclusivité par Sputnik, le spécialiste de la violence criminelle et ancien enquêteur de la Sûreté du Québec, Paul Laurier, se dit préoccupé par l’évolution récente de Toronto. Selon lui, les autorités torontoises ont «perdu le contrôle». En entrevueLors de notre entretien, il évoque une situation «catastrophique».

    M.  Laurier, qui commente régulièrement les affaires criminelles à la télévision, croit que cette situation est le résultat de plusieurs facteurs. Tout d’abord, il affirme que l’augmentation du coût de la vie peut avoir aidé le crime organisé.

    «Quand les gens sont moins riches, ils sont plus susceptibles d’adopter de mauvais comportements», explique-t-il».

    Ensuite, le départ de certaines tranches de la population vers les banlieues aurait favorisé le développement «ghettos». Selon l’ex-policier, il y aurait même du trafic d’armes illégales dans certaines écoles secondaires du Nord-Est de la ville. Plusieurs jeunes de 16 et 17  ans posséderaientposséderaient une arme illégale dans la Ville Reine.

     «Il n’y a pas si longtemps, je suis allé à Toronto, et malgré toute mon expérience d’ancien policier, je ne me sentais pas complètement en sécurité vers minuit, au centre-ville. Nous sentons que la ville a changé », a-t-il dit à Sputnik.

    Ceci étant, Toronto se fait aussi remarquer par certaines tensions interculturelles qui y sont apparues dernièrement. Une réalité qui remet en question le paradis multiculturel canadien. La semaine dernière, une enquête a été ouverte concernant un homme qui a publiquement proféré des menaces contre des citoyens musulmans, une scène qui a été filmée. À son tour, cette histoire a fait les manchettes.

    La fin du rêve multiculturel?

    Depuis la montée du mouvement islamiste en Occident, on observe une plus grande vigilance vis-à-vis des pratiques religieuses qui vont à l'encontre des droits individuels. Ces dernières années, plusieurs cas de mariages forcés dans des communautés culturelles ont été répertoriés. À partir des années 2010, de nombreux reportages ont été diffusés à ce sujet. Des rapports sur la situation ont aussi été remis à différents échelons gouvernementaux afin de trouver une solution au problème.

    Entre 2010 et 2012, environ 200 femmes, en grande majorité musulmanes, ont été mariées de force à des hommes en Ontario. Selon le groupe South Asian Legal Clinic of Ontario, un organisme d'aide juridique destiné aux femmes immigrées, 68% des victimes avaient reçu des menaces, 59% avaient subi des violences physiques et 26% des violences sexuelles.

    Âgées de 16 à 34 ans, les victimes étaient surtout originaires d'Afghanistan, de Turquie, du Sénégal et du Royaume-Uni. Certaines de ces jeunes femmes ont quitté leur pays d'origine pour être mariées contre leur gré au Canada. Plusieurs se sont retrouvées à Toronto, métropole de l'Ontario.

    Les mariages forcés, une nouvelle réalité canadienne?

    Pour la présidente de l'organisme Pour les droits des femmes du Québec (PDF), Diane Guilbault, les institutions canadiennes ne protègent pas suffisamment les femmes issues des communautés culturelles. Interrogée par Sputnik, elle affirme que le multiculturalisme canadien favorise ce genre de phénomène en se portant à la défense de pratiques culturelles qui briment la liberté des femmes. Pour la militante féministe, les lois doivent protéger les femmes de manière égale et universelle, et non être appliquées au cas par cas selon l'appartenance des individus à leur communauté.

    «Il faut réfléchir aux impacts du multiculturalisme sur les droits des femmes au Canada, car cette idéologie n'aide pas les femmes qui arrivent des sociétés plus traditionnelles. À Toronto, la situation actuelle doit être vue comme un signal d'alarme», a affirmé Mme Guilbault au téléphone.

    Attaques terroristes, violence armée et atteinte aux droits des femmes: autant d'éléments qui n'améliore pas l'image de la Ville Reine.

    Lire aussi:

    Attaque de Toronto: l’assaillant a laissé un «message mystérieux» sur le Net
    La police identifie le tireur de Toronto
    L’Arabie saoudite décide de suspendre les vols depuis et vers Toronto
    Tags:
    fusillade, terrorisme, Ontario, Toronto, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik