Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt

    Le secrétaire au Foreign Office va promouvoir «l'âge d'or» des relations avec la Chine

    © REUTERS / Simon Dawson
    International
    URL courte
    2112

    Le développement du libre-échange et des investissements face au protectionnisme commercial des États-Unis sera au centre du 9e Dialogue stratégique entre la Chine et le Royaume-Uni à Pékin où le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt se rend lundi en visite officielle. Sputnik en a discuté avec des politologues russe et chinois.

    La visite en Chine du ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt pour participer au Dialogue stratégique entre la Chine et le Royaume-Uni, peu après sa prise de fonctions, illustre la grande importance que Londres attache au développement des relations bilatérales, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Kira Godovaniouk, de l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie.

    «Il s'agit évidemment de discuter des perspectives de coopération sino-britannique dans le contexte de l'incertitude résultant du Brexit et sur fond de guerres commerciales avec les États-Unis. […] Somme toute, il serait question de faire avancer "l'âge d'or" des relations bilatérales dans cette situation turbulente», a supposé l'interlocutrice de l'agence.

    La Chine ne cesse d'insister sur l'importance de sa coopération avec le Royaume-Uni dans différents domaines, a indiqué dans une interview écrite pour Sputnik Liu Dian, de l'Université populaire de Chine, espérant que la visite de Jeremy Hunt à Pékin ne manquera pas de renforcer la confiance mutuelle, y compris en politique.

    «Tous deux défenseurs du libre-échange, la Chine et le Royaume-Uni occupent une place particulière dans le monde. Aussi, doivent-ils envoyer un message positif sur le maintien de l'ordre international fondé sur des règles, la construction d'une économie mondiale ouverte, et l'opposition au protectionnisme et à l'unilatéralisme», a résumé l'universitaire.

    Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, effectuera une visite officielle en Chine le 30 juillet à l'invitation du conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi.

    Plus tôt cette année, la Première ministre britannique Theresa May a effectué une visite en Chine, marquant un autre cycle de réunion annuelle entre les Premiers ministres chinois et britannique. Les dirigeants des deux pays sont parvenus à des consensus importants qui consistent à faire avancer «l'âge d'or» des relations sino-britanniques.

    Lire aussi:

    Le nouveau chef de la diplomatie UK qualifie par erreur de japonaise sa femme chinoise
    Revirement à l'Est: Londres comprendra-t-il les allusions de Pékin?
    Mission épineuse du Président français à Pékin
    Tags:
    guerre commerciale, coopération, perspective, protectionnisme, libre-échange, Brexit, Université populaire de Chine, Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie, Sputnik, Foreign Office, Liu Dian, Wang Yi, Theresa May, Kira Godovaniouk, Jeremy Hunt, États-Unis, Royaume-Uni, Pékin, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik