International
URL courte
15421
S'abonner

D’après des informations divulguées par The New York Times, la lutte contre les Talibans* dans les zones peu peuplées de l’Afghanistan serait en partie délaissée au profit de la protection des grandes villes.

Soutenues par les États-Unis, les troupes afghanes quitteront des régions peu peuplées du pays, laissant ces vastes territoires sous le contrôle des Talibans*, relate The New York Times, se référant à plusieurs fonctionnaires ayant accès à la stratégie militaire de la Maison-Blanche.

D’après les auteurs de la publication, cette tactique permettra aux militaires de se focaliser sur la défense de grandes villes, telle que Kandahar, Kondôz et Kaboul. Alors que les Talibans* et d’autres groupes armés illégales garderont les terres dont ils se sont emparés, est-il indiqué.L’édition précise en outre que l’administration de Donald Trump a poursuivi la politique de Barack Obama, sous qui a débuté en 2014 le retrait des soldats américains d’Afghanistan.

«Le retrait dans les villes est une reconnaissance évidente du fait que les autorités pro-américaines en Afghanistan ne sont toujours pas en mesure ni de protéger la grandissante population rurale, ni de la gouverner», est-il précisé.

Sur les 407 districts d’Afghanistan, les troupes gouvernementales n’en contrôlent que 229. 59 restent entre les mains des Talibans* et 119 restent le théâtre de confrontations opposant les deux parties. En outre, quelque 14.000 militaires américains sont déployés dans ce pays d’Asie.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Le bilan de l'explosion à Beyrouth s'alourdit à 63 morts et plus de 3.000 blessés
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
«Va chier, connard»: hué en pleine course, un quadruple vainqueur du tour de France s’emporte – vidéo
Tags:
The New York Times, Taliban, Barack Obama, États-Unis, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook