International
URL courte
19510
S'abonner

L’ancien ambassadeur des États-Unis à Moscou, Michael McFaul, estime que sa carrière scientifique est désormais terminée en raison des sanctions russes qui l’empêchent de poursuivre ses recherches en Russie.

Michael McFaul, ex-ambassadeur des États-Unis à Moscou, a commenté l'impact des sanctions russes sur sa carrière professionnelle.

«Ma vie a déjà changé […] Ma carrière scientifique qui concerne les recherches, les véritables recherches, est finie», a-t-il déploré lors d'une interview accordée à la chaîne de télévision MSNBC.

Par ailleurs, il a rappelé que cela faisait presque 30 ans qu'il effectuait ses recherches en Russie avant d'être inscrit sur la liste des personnes visées par des sanctions.

«Je ne peux plus faire mes recherches en Russie. Il est impossible que j'ose y aller car, pour le moment, je suis sur la liste des sanctions et même si j'en suis exclu, je ne pourrai plus venir en Russie», a-t-il conclu.

Michael McFaul a occupé le poste d'ambassadeur des États-Unis en Russie de janvier 2012 à février 2014. Ces derniers temps, il a fait plusieurs déclarations visant à saper les relations américano-russes. En juin 2016, il a notamment appelé les dirigeants américains à «brider» la Russie et a affirmé que le site WikiLeaks collaborait avec les autorités russes.

En novembre dernier, Moscou a inscrit l'ex-diplomate sur la liste des personnes visées par des sanctions. Selon le ministère russe des Affaires étrangères. Des sanctions contre l'ancien diplomate ont été imposées en raison de sa «participation active à la destruction des relations bilatérales» et son soutien d'une politique de pression sur Moscou.

Lire aussi:

Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Cette escroquerie leur permet de voler près de 190.000 euros à Cdiscount
Une boulette de BFM TV fait voir rouge à Jean-Luc Mélenchon
Tags:
science, politique, sanctions, Michael McFaul, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook