Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Tout en soutenant le Yémen, Alger condamne l’attaque du pétrolier saoudien en mer Rouge

    CC BY-SA 4.0 / Yelles / Le Musée des Beaux-Arts d'Alger vu depuis le Jardin d'Essai
    International
    URL courte
    5410

    Alger condamne l’attaque survenue le 25 juillet d’un pétrolier saoudien en mer Rouge, a annoncé le ministère algérien des Affaires étrangères, le 27 juillet, dans un communiqué en réitérant le soutien du pays au peuple du Yémen qui subit, depuis 2014, une agression de la part de la coalition arabe conduite par Riyad.

    Le ministère algérien des Affaires étrangères condamne fermement l'attaque menée par les rebelles houthis contre un pétrolier saoudien, le 25 juillet, dans la mer Rouge, indique un communiqué du ministère cité par l'Algérie Presse Service (APS) le 27 juillet.

    «L'Algérie condamne l'attaque perpétrée, mercredi 25 juillet, contre un pétrolier saoudien dans la mer Rouge, en ce qu'elle constitue une grave atteinte au droit international maritime et au droit de libre navigation et en ce qu'elle impacte négativement le commerce international», a précisé le communiqué.

    Selon le même communiqué, pour les autorités algériennes «cette attaque est d'autant plus condamnable qu'elle intervient au moment où le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies s'emploie à relancer le processus de règlement de ce conflit qui déchire ce pays [le Yémen, ndlr] et impose d'indicibles souffrances aux populations civiles».

    En même temps, évoquant la guerre que le Yémen subit de la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite, la même source a affirmé que «l'Algérie tient à réitérer, à cette occasion, sa solidarité avec le peuple du Yémen et à réaffirmer son plein soutien aux efforts des Nations unies pour un règlement politique de la crise que connaît ce pays frère».

    Selon un communiqué cité par l'AFP, le 25 juillet, de la compagnie pétrolière nationale Saudi Aramco, deux pétroliers appartenant au groupe maritime saoudien Bahri, ont été attaqués en mer Rouge par les rebelles houthis. «L'un des navires a subi des dégâts mineurs. Aucune blessure et aucune fuite de pétrole n'ont été rapportées», a souligné le même communiqué.

    «Toutes les livraisons de pétrole par le détroit de Bab-el-Mandeb ont été temporairement suspendues jusqu'à ce que […] le trafic maritime dans la zone soit sûr», a fait savoir le ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh dans un communiqué, le 25 juillet, cité par l'AFP.

    La Saudi Aramco a annoncé que la décision de suspendre les livraisons avait été prise «dans l'intérêt de la sécurité des navires et pour éviter le risque de marée noire», selon l'AFP.

    La guerre au Yémen a fait plus de 10.000 morts, dont de nombreux civils depuis l'intervention il y a trois ans de la coalition militaire sous commandement saoudien pour repousser l'avancée des Houthis. Elle a provoqué la pire crise humanitaire du monde, selon des agences de l'Onu, et plus de huit millions de Yéménites sont aujourd'hui confrontés à des risques de famine.

    Une coalition militaire arabe sous commandement saoudien intervient depuis mars 2015 au Yémen pour soutenir le gouvernement du Président Abd Rabbo Mansour Hadi contre les Houthis. Les rebelles contrôlent la capitale Sanaa depuis 2014 et restent maîtres de vastes régions du pays.

    Lire aussi:

    L’Arabie saoudite a condamné un Yéménite pour espionnage au profit des rebelles houthis
    Les Houthis ciblent un navire saoudien au large du Yémen
    La coalition arabe dit avoir détruit des sites rebelles de lancement de missiles au Yémen
    Tags:
    mer, attaque, pétrolier, ONU, Saudi Aramco, Abd Rabbo Mansour Hadi, Khaled al-Faleh, Arabie Saoudite, Yémen, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik