International
URL courte
Brexit (2018) (68)
14214
S'abonner

Avec aucun accord à l'horizon dans les pourparlers avec l’UE, Londres semble se préparer pour une sortie «dure»: l’armée britannique devra fournir des médicaments, de la nourriture et du carburant à la population dans le cas où le Royaume-Uni quitte l'UE sans un accord.

Le gouvernement britannique a élaboré un plan visant à distribuer de la nourriture, des médicaments et du carburant à la population dans le cas où le pays quitterait l'Union européenne sans un accord sur la poursuite de la coopération.

Pour fournir des produits de première nécessité au peuple, le cabinet propose d'impliquer les forces armées du pays, écrit The Times.

Les militaires transporteront des stocks stratégiques aux populations les plus vulnérables avec de l'aide militaire héliportée et des camions.

De plus, des magasins britanniques ont averti les fournisseurs de la nécessité de stocker des produits, notamment du thé et du café. Dans le cas d'un Brexit «dur», le service national de santé pourrait devoir acheter des médicaments en dehors de l'UE pour créer une réserve.

Les négociations officielles entre Londres et Bruxelles sur les modalités du départ du Royaume-Uni de l'UE ont débuté le 19 juin 2017 en Belgique. Un an plus tôt, les adversaires de l'intégration européenne ont remporté un référendum au Royaume-Uni sur cette question en totalisant 51,9% des voix.

Les négociations sur le Brexit doivent durer jusqu'à novembre 2018, après quoi un accord doit être approuvé par les Parlements européen et britannique. Le Brexit proprement dit doit avoir lieu le 29 mars 2019 ouvrant une période de transition qui durera jusqu'au 31 décembre 2020.

Dossier:
Brexit (2018) (68)

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
armée, sortie de l'UE, Brexit, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook