Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants

    Pour renvoyer des migrants, le Canada utilise des sites généalogiques

    © AP Photo / Eduardo Verdugo
    International
    URL courte
    3132

    Le gouvernement canadien a recours à des tests ADN et à des sites généalogiques afin d'établir la nationalité des étrangers qu'ils cherchent à expulser vers leur pays d'origine.

    Expulser les migrants clandestins s'avère difficile lorsqu'on ne parvient pas à établir leur nationalité. Pour résoudre ce problème, les autorités canadiennes ont recours à la science: elles utilisent des tests d'ADN et des sites généalogiques pour retrouver la nationalité des personnes placées en rétention avant leur éventuelle expulsion du pays.

    Selon la police aux frontières, ces techniques sophistiquées ne sont employées qu'après que «toutes les autres ressources d'enquête» soient épuisées. Ainsi, un demandeur d'asile arrivé dans le pays en 2011 avec un faux passeport français prétendait être originaire de Guinée, mais cette dernière l'a refoulé lorsque le Canada a tenté de le renvoyer en 2013.

    Après analyse de l'ADN du migrant et consultation de sites généalogiques à la recherche de membres de sa famille, l'Agence des services frontaliers du Canada (AFSC) a finalement déterminé qu'il s'agissait de toute évidence d'un Gambien dénommé Bakaba Touray.

    L'AFSC assure obtenir le consentement des ressortissants avant de soumettre leurs renseignements à des sites d'ADN. Or, certains observateurs soulignent que l'origine ethnique d'une personne ne peut pas être considérée comme un gage de sa nationalité.

    Lire aussi:

    Expulser les migrants pour les nuls: les astuces les plus inattendues des États
    «Qu’est-ce qu’on fait avec des personnes qui vont fuir les États-Unis?»
    Trump promet d'expulser des migrants le premier jour de sa présidence
    Tags:
    nationalité, immigration clandestine, migrants, généalogie, tests ADN, ADN, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik