Ecoutez Radio Sputnik
    Un cimetière chrétien en Algerie

    Algérie: transfert de quatre cimetières chrétiens à l’est du pays

    © AFP 2018 FAROUK BATICHE
    International
    URL courte
    828

    La wilaya d’Oum El Bouaghi a transféré les sépultures de quatre cimetières chrétiens vers le chef-lieu de la wilaya, les regroupant en un seul lieu, a appris l’Algérie Presse Service, le 30 juillet, auprès des autorités de la ville. Ces dernières années plusieurs cas de profanation de cimetières juifs et chrétiens ont été observés en Algérie.

    Dans le but de les sauvegarder de la destruction et de les entretenir, les autorités de la wilaya de d'Oum El Bouaghi, dans l'est de l'Algérie, ont déplacé quatre cimetières chrétiens datant de l'époque de la colonisation française, dispersés dans quatre communes, vers le chef-lieu de la wilaya pour être regroupés dans un même endroit, a appris l'Algérie Presse Service (APS), le 30 juillet, auprès des services administratifs de la wilaya.

    Les sépultures chrétiennes des communes d'Aïn Mlila, d'Aïn Kercha, d'Aïn Babouche et d'Aïn Beïda seront transférées par les soins d'une «entreprise spécialisée», a affirmé Samiha Belkacem la chargée de communication de la wilaya, citée par l'APS. L'objectif de cette opération est «d'améliorer l'entretien de ces lieux tout en respectant la mémoire des morts», a-t-elle ajouté.

    Selon la responsable, cette initiative rentre dans le cadre d'une convention signée en 2016 entre l'Algérie et la France portant sur le regroupement des cimetières chrétiens.

    «Les restes des personnes exhumées ont été réinhumés au cimetière chrétien situé à la cité Abed Allaoua d'Oum El-Bouaghi qui a été "spécialement aménagé à cet effet"», a indiqué l'APS.

    Le 29 juillet, le site d'information Algérie Monde Infos a rapporté que «les habitants d'Aïn Mlila sont abasourdis par le sort réservé au cimetière chrétien et juif de la ville qui a été détruit pour dégager une assiette foncière». Selon le site, c'est la «mafia du béton» qui est derrière. «Il vient d'être rasé [le cimetière, ndlr] par une personne qui semble avoir obtenu l'autorisation des autorités locales», a indiqué le média.

    Les habitants de la ville, abasourdis par l'acte de profanation de ce cimetière, ont fait circuler sur les réseaux sociaux une vidéo montrant le lieu complétement rasé. «Regardez! Même les morts ne sont pas épargnés. Si cela s'était passé en Europe avec un cimetière musulman, les gens auraient crié au scandale», a déclaré le réalisateur de la vidéo.

    Selon le site d'information Algérie 360, suite au scandale suscité auprès de la population locale par la diffusion de la vidéo du cimetière, devenu un terrain vague, le procureur de la République du tribunal d'Aïn Mlila a ordonné l'ouverture d'une enquête judiciaire.

    Le 23 avril 2017, le site d'information Algérie Focus a annoncé que des habitants de la ville de M'Sila «ont fait parvenir à Algérie-Focus une vidéo où les images démontrent comment des constructions anarchiques ont été érigées sur les tombes de ces deux cimetières» chrétien et juif de la ville, pillés et profanés par la mafia du foncier en quête de terrains habitables et constructibles.

    Le même cas a été observé dans le cimetière chrétien de Khemisti dans la wilaya de Tipaza, où, à l'abandon, la quasi-totalité des tombes ont été profanées, selon une vidéo publiée le 30 janvier 2018 par Algérie Monde Infos.

    Lire aussi:

    Les Mossouliotes ont dû inhumer leurs morts dans un cimetière juif profané
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Après la Chine, quels sont les pays à vouloir dire «niet» à la mort?
    Tags:
    transfert, cimetière, profanation, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik