Ecoutez Radio Sputnik
    Elisabeth II

    La collection de tableaux d’Élisabeth II était entre les mains du KGB

    © REUTERS / Justin Tallis/Pool
    International
    URL courte
    245

    Comment dormait Margaret Thatcher? Pourquoi le Premier ministre ne savait pas qu’un agent du KGB avait été découvert dans son entourage? Les archives nationales britanniques ont déclassifié un ensemble de documents du gouvernement, qui réservent des surprises.

    Un agent du KGB a été découvert au palais de Buckingham en 1964. Anthony Blunt, conservateur des collections royales, un historien d'art britannique éminent, a reconnu avoir travaillé pour Moscou, rappelle le quotidien Kommersant. Il faisait également partie des Cinq de Cambridge, un groupe d'espions ayant travaillé pour le compte de l'Union soviétique pendant la guerre froide.

    Découvert, il ne s'est pas réfugié en URSS mais, en échange d'une coopération avec le MI5, s'est vu garantir sa sécurité et le secret de son lien avec le renseignement soviétique.

    On n'apprend qu'aujourd'hui que seules deux personnes n'étaient pas au courant du rôle de M. Blunt, à savoir la reine Élisabeth II et le Premier ministre de l'époque, Alec Douglas-Home. C'est le ministre de l'Intérieur Henry Brooke qui a pris seul la décision de ne pas en informer le Premier ministre. Il en a parlé dans une lettre à Margaret Thatcher, qui pour sa part a raconté aux Britanniques la trahison d'Anthony Blunt.

    Selon M.Brooke, il n'a rien dit à Alec Douglas-Home pour ne pas le surcharger d'informations, ce qu'il a plus tard reconnu comme étant une possible erreur.

    Les documents déclassifiés concernant également Mme Thatcher et sa capacité à ne dormir que quatre heures par jour. La Première ministre dormait en fait dans sa voiture, pour compenser les heures de sommeil perdues. L'un de ses assistants disait dans une note secrète que des mesures urgentes étaient nécessaires pour assurer la sécurité de la Première ministre lors de ses voyages.

    Le problème consistait dans le fait que les appuie-tête de la voiture, au lieu de supporter sa tête et son cou, lui faisaient basculer la tête en avant, ce qui était dangereux car en cas de freinage brusque, elle levait la tête trop vite, pouvant causer des traumatismes. Les appuie-tête dans sa Daimler ont été remplacés, comme en témoigne une lettre de Jaguar Daimler.

    Un autre «drame» lié à la Daimler s'est produit avec le successeur de Mme Thatcher, John Major. Ayant de longues jambes, il se sentait très inconfortable dans sa voiture de service et voulait la remplacer par un rover du garage gouvernemental. Mais la direction de Jaguar Daimler l'a vite appris et a tout de suite déclaré qu'une telle décision menaçait la société d'une catastrophe. La presse jaune ferait la fête, disait le producteur, car tout le monde avait l'habitude que le Premier ministre utilisait une Daimler. Au nom des intérêts nationaux, John Major a accepté de subir cette torture.

    Lire aussi:

    «Liste noire» d’Ankara: 680 sociétés allemandes suspectes de liens avec des terroristes?
    «Les sanctions ne nous dérangent pas»: Mercedes-Benz construit une usine près de Moscou
    Le KGB et la CIA, amis jurés et meilleurs ennemis
    Tags:
    renseignement, Daimler, KGB, Henry Brooke, Alec Douglas-Home, John Major, Anthony Blunt, Margaret Thatcher, reine Elisabeth II, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik