Ecoutez Radio Sputnik
    Golan (archives)

    La Russie déploiera sa police militaire sur les hauteurs du Golan

    © REUTERS / Baz Ratner
    International
    URL courte
    331428
    S'abonner

    Des policiers militaires russes seront déployés sur les hauteurs du Golan à la frontière entre la Syrie et Israël, a fait savoir l'état-major interarmées russe.

    La police militaire russe implantera huit postes d'observation sur le plateau du Golan pour prévenir les provocations, a annoncé jeudi l'état-major interarmées russe.

    Selon le chef du Commandement opérationnel de l'état-major russe, le général Sergueï Roudskoï, à l'heure actuelle, des policiers militaires russes effectuent déjà des missions de patrouille dans les zones libérées des terroristes en Syrie.

    À l'issue des entretiens avec son homologue américain Donald Trump à Helsinki le 16 juillet dernier, Vladimir Poutine avait estimé nécessaire de régler la situation autour du plateau du Golan suite à la victoire définitive sur les terroristes sur le sol syrien.

    Israël occupe depuis 1967 quelque 1.200 km² du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la Loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l'État hébreu sur ce territoire.

    Le Conseil de sécurité de l'Onu a qualifié cette annexion d'illégale par sa résolution 497 adoptée le 17 décembre 1981. Environ 510 km² du plateau du Golan restent sous le contrôle du gouvernement syrien.

    Lire aussi:

    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition sur WhatsApp
    Le niveau de compréhension du langage humain par les chiens découvert par des chercheurs
    Erdogan interpelle Macron sur l'islamophobie et le mouvement des Gilets jaunes
    Tags:
    police militaire, crise syrienne, annexion, provocation, Guerre des Six Jours (1967), Sergueï Roudskoï, Vladimir Poutine, Hauteurs du Golan, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik