International
URL courte
11518
S'abonner

Les trois expatriés qui ont été enlevés puis exécutés dans la capitale afghane travaillaient pour l'entreprise française Sodexo. Dans un communiqué, le PDG du groupe Denis Machuel a affirmé être «choqué» par la tragédie.

La multinationale française Sodexo, l'un des plus importants fournisseurs mondiaux de services de restauration aux entreprises, a déploré la mort de trois de ses employés expatriés, enlevés dans des circonstances encore non élucidées et exécutés jeudi à Kaboul.

Le PDG du groupe Denis Machuel a annoncé dans un communiqué qu'il était «profondément attristé et choqué par cette perte tragique». Il a assuré «travailler étroitement avec les autorités» en charge de l'enquête, en confirmant que les victimes étaient de nationalité indienne, macédonienne et malaisienne.

«Au nom de Sodexo, je m'associe à la douleur de leurs familles, de leurs proches et de leurs collègues et leur témoigne notre soutien dans cette épreuve», a-t-il ajouté. Un «dispositif d'accompagnement et de soutien psychologique» a été mis en place pour les collaborateurs sur place.

Les trois étrangers ont été enlevés dans des circonstances encore confuses et exécutés jeudi à Kaboul, dans ce qui est qualifié d'«acte terroriste» par les autorités.

Leurs corps, menottés et criblés de balles, ont été découverts par la police jeudi à l'extérieur de la capitale, moins de deux heures après leur enlèvement. Comme l'a précisé auparavant à l'AFP une source de sécurité, les victimes étaient des cuisiniers qui travaillaient pour une entreprise de restauration.

Lire aussi:

La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Un policier tué dans la Sarthe par un véhicule tentant de prendre la fuite
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
expatriés, employés, enlèvement, décès, travail, exécution, Sodexo, Kaboul, Afghanistan, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook