Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires US en Syrie

    «Lors de sa présence en Syrie, la coalition n'a absolument rien fait contre le terrorisme»

    © REUTERS / Rodi Said
    International
    URL courte
    10430

    Ayman Allouche, chargé d'affaires de l'ambassade de Syrie en Jordanie, a déclaré à Sputnik que Damas prônait l'unité du pays et faisait tout pour éviter l'effusion de sang, tandis que la coalition anti-Daech* n'avait «absolument rien fait pour lutter contre le terrorisme».

    Le chargé d'affaires de l'ambassade de Syrie en Jordanie, Ayman Allouche, a commenté pour Sputnik les résultats des négociations sur la Syrie qui se sont tenues à Sotchi, dans le sud de la Russie. Selon lui, les problèmes liés à l'adoption de la nouvelle Constitution sont mis en avant par ceux qui mènent la guerre contre la Syrie.

    «Le gouvernement syrien, l'armée et leurs alliés prônent l'unité de la Syrie. Le pays doit redevenir ce qu'il était, le gouvernement syrien en assume la responsabilité. Ceux qui parlent de démocratie et du respect des minorités habitant le territoire syrien le font dans leurs propres intérêts», a-t-il affirmé.

    Évoquant la libération d'Idlib des terroristes, Ayman Allouche a déclaré que le gouvernement syrien devait défendre le territoire du pays et le libérer entièrement des terroristes.

    «Avant le lancement d'une opération militaire, toutes les régions syriennes se sont vues accorder assez de temps et de possibilités pour normaliser la situation. Nous souhaitons éviter l'effusion de sang, car c'est du sang syrien», a-t-il encore souligné.

    Il a constaté que de nombreux radicaux étaient actuellement concentrés à Idlib et a rappelé qu'ils y étaient venus de toutes les régions du pays.

    «Il a été décidé de libérer Idlib et le Président syrien Bachar el-Assad l'a d'ores et déjà annoncé. Je vous assure que la direction syrienne avait proposé de nombreux moyens pour normaliser pacifiquement la situation», a poursuivi Ayman Allouche.

    Commentant la déclaration de Bachar al-Jaafari, ambassadeur syrien auprès des Nations unies et chef de la délégation syrienne aux négociations de Sotchi, qui a indiqué que les forces armées américaines et leurs alliés devaient quitter le territoire du pays, Ayman Allouche a affirmé que les Américains s'étaient placés dès le début du conflit à la tête du mouvement se posant pour objectif de détruire la Syrie.

    «Lors de sa présence en Syrie, la coalition n'a absolument rien fait pour lutter efficacement contre le terrorisme. Les terroristes se sentaient à l'aise même dans le sud de la Syrie, à proximité immédiate de la base américaine», a-t-il constaté.

    Il a également évoqué les dernières opérations près du bassin du Yarmouk.

    «L'armée syrienne combat aux côtés de ses alliés russes et iraniens, tandis que les autres forces étrangères en Syrie soutiennent les radicaux», a-t-il noté.

    En outre, «les nombreuses sanctions entravent l'activité de la Syrie, les banques ne fonctionnent pas, le commerce en pâtit. Mais qui a décrété ces sanctions? Tout cela est fait dans le cadre de la guerre contre la Syrie», a affirmé Ayman Allouche.

    La déclaration finale de la rencontre de Sotchi indique que les pays garants du cessez-le-feu en Syrie (la Russie, l'Iran et la Turquie) sont prêts à résister aux intentions séparatistes qui sapent l'intégrité de la République arabe syrienne.

    Sotchi a accueilli le dixième tour des négociations sur le règlement syrien dans le cadre du format d'Astana. Le processus d'Astana est un ensemble de rencontres multipartites entre différents acteurs de la guerre civile en Syrie. L'accord d'Astana a été signé le 4 mai 2017 par la Russie, l'Iran et la Turquie et porte sur la création de quatre zones de cessez-le-feu dans le pays. Ces dernières sont le fruit de ces séries de négociations.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Lavrov s’exprime sur les tentatives de «joueurs extérieurs» de décider du destin syrien
    Le processus d’Astana serait plus efficace avec la participation des pays occidentaux
    Les faux-semblants et les non-dits du sommet d’Istanbul sur la Syrie
    Tags:
    sanctions, intégrité territoriale, radicaux, terrorisme, cessez-le-feu, coalition anti-Daech, Ayman Allouche, Bachar al-Jaafari, Bachar el-Assad, Sotchi, Astana, Turquie, Iran, Yarmouk, Idlib, Russie, Jordanie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik