Ecoutez Radio Sputnik
    Armée saoudienne

    Et si Rex Tillerson avait été renvoyé pour avoir empêché une invasion saoudienne du Qatar?

    © AFP 2018 Fayez Nureldine
    International
    URL courte
    10423

    L'ancien secrétaire d'État américain Rex Tillerson semble avoir perturbé les plans d'invasion du Qatar qu'avaient élaborés en 2017 l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ce qui pourrait être l'une des raisons de son remplacement, a indiqué le portail Intercept citant des sources au sein du renseignement et Département d'État américains.

    L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis se sont battus pour obtenir le renvoi de Rex Tillerson de son poste de secrétaire d'État en mars 2018 parce qu'il les avait empêchés d'intervenir au Qatar et d'entrer dans Doha, affirme le portail The Intercept. Ainsi, le magazine a eu connaissance par un représentant du renseignement et deux anciens employés du Département d'État américain, souhaitant garder l'anonymat, d'un épisode, non rendu public jusque-là, qui avait engendré la colère de Riyad et d'Abou Dabi à l'encontre de Rex Tillerson et avait possiblement joué un rôle important dans son limogeage. 

    Concrètement, l'Arabie saoudite était en train de préparer, avec l'appui d'Abou Dabi, une invasion militaire du Qatar à l'été 2017, soit quelques mois avant que les alliés du Golfe ne commencent à réclamer sa démission. Le secrétaire d'État est alors intervenu pour faire échec à ce plan secret: il a passé une série de coups de fil pour persuader Riyad et Abou Dabi de ne pas provoquer une escalade des tensions, précise le portail. Il a également recommandé au chef du Pentagone, James Mattis, d'appeler ses collègues en Arabie saoudite et aux Émirats pour les décourager d'avoir recours à la force face au Qatar.

    Le fait que la base aérienne américaine d'al-Udeid Air, quartier général du commandement central américain avec un effectif d'environ 10.000 hommes se trouve non loin de Doha a certainement joué un rôle dans le plan de Rex Tillerson.

    Selon The Intercept, la pression exercée par Rex Tillerson sur Mohammed ben Salmane, «de facto leader du pays», a fait reculer ce dernier qui craignait que l'invasion puisse nuire aux relations américano-saoudiennes à long terme. En même temps, ses efforts ont mis hors de lui Mohammed ben Zayed ben Sultan, ministre de la Défense émirati.

    Rex Tillerson a appris les plans d'invasion des autorités qataries, qui avaient reçu ces informations de leurs agents de renseignement en Arabie saoudite. Quelques mois plus tard, les services de renseignement américains et britanniques ont confirmé cette information. Riyad et Abou Dabi ont alors tenté d'influencer indirectement le Président Trump afin d'obtenir la tête de Rex Tillerson.

    Par conséquent, les actions de Rex Tillerson expliquent les pressions de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis évoquées par des médias ces derniers mois, estime The Intercept. En particulier, The New York Times a affirmé que l'ambassadeur émirati à Washington était en effet au courant du départ de Rex Tillerson quelques mois avant son renvoi annoncé en mars.

    Le 13 mars, le secrétaire d'État Rex Tillerson a été démis de ses fonctions et a été remplacé par Mike Pompeo, qui était alors directeur de la CIA.

    En juin 2017, l'Arabie saoudite, l'Égypte, les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont rompu leurs relations avec le Qatar, en l'accusant de soutien au terrorisme. Les tentatives du Koweït de réconcilier ces pays ont échoué.

    Lire aussi:

    Washington et Ankara échangent sur la Syrie et le Qatar
    Les médias US prédisent le départ de Tillerson du poste de secrétaire d’État des USA
    Les Émirats, une nouvelle cible de Washington ou un nouveau client?
    Tags:
    pressions, efforts, dissuasion, invasion, crise, tensions, licenciement, démission, renseignement, The Intercept, James Mattis, Rex Tillerson, Mohammed Ben Salmane, Donald Trump, Riyad, Doha, Abou Dhabi, Qatar, Washington, Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik