International
URL courte
Par
21344
S'abonner

Réagissant aux troubles ayant secoué les villes d’Adrar, Béchar et Ouargla dans le sud du pays et aux tentatives de récupération politique de ces derniers à l’approche de la présidentielle de 2019, le ministre algérien de l'Intérieur a affirmé le 2 août à Alger que «l'État ne tolèrera aucune atteinte à sa stabilité et à sa sécurité».

L'État algérien «frapper[a] d'une main de fer» tous ceux qui oseront porter atteinte à la stabilité du pays. C'est ce qu'a affirmé le 2 août à Alger Noureddine Bedoui, le ministre algérien l'Intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du territoire, commentant les récentes manifestations populaires violentes qui ont ébranlé trois villes du sud du pays, Adrar, Béchar et Ouargla, et réagissant à la mort des sept militaires tués dans un guet-apens tendu par des terroristes dans la wilaya de Skikda, selon l'Algérie Presse Service (APS).

«L'État ne tolèrera aucune atteinte à sa stabilité et à sa sécurité et poursuivra son combat sans relâche contre le terrorisme pour assécher ses sources, défendre l'intégrité du territoire national et frapper d'une main de fer tous ceux qui veulent porter atteinte à la sécurité du citoyen», a déclaré le ministre lors d'une réunion de coordination avec les cadres de son département en prévision de la prochaine rentrée scolaire.

«L'Algérie est un État d'institutions. Ceux qui veulent profiter de la situation et du citoyen à l'approche de chaque échéance politique doivent savoir que le citoyen Algérien est attaché à son pays et soutient ses institutions et accorde une importance particulière et inconditionnelle à sa sécurité et sa stabilité», a ajouté le responsable.

Tout en rappelant les acquis de la politique de réconciliation et de concorde nationale lancée par le Président Abdelaziz Bouteflika dès son arrivée au pouvoir en 1999, pour effacer les séquelles de la décennie de terrorisme qui a frappé le pays, le responsable a appelé les citoyens algériens à «ne pas succombé aux appels de ceux qui veulent semer le doute et qui sont très loin des défis internes et externes auxquels fait face le pays». Les Algériens «ont atteint un haut niveau de conscience s'érigeant ainsi en soupape protection garantissant la stabilité du pays et rejetant de suivre ceux qui appellent à la Fitna [la discorde, ndlr]», a conclu M.Bedoui.

Les villes d'Adrar, Béchar et Ouargla ont été, ces dernières semaines, «le théâtre de nouveaux troubles causés par des manifestations de chômeurs qui réclamaient des emplois mais, surtout, plus de prise en charge des populations du Sud qu'ils estiment lésées par le pouvoir central», comme le décrit Algerie7.

La situation économique de ces villes s'est encore dégradée après la fermeture des frontières avec le Mali et le Niger, «dans le sens où l'arrêt des échanges commerciaux entre les trois pays s'est négativement répercuté sur la situation sociale des populations locales», ainsi que l'affirme Algeriepatriotique.

La Ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH) qualifie, dans un rapport publié dernièrement, cité par Algeriepatriotique dans son édition du 29 juillet, la situation de «bombe à retardement» qui peut exploser à tout moment, «avec les risques d'immixtion de forces étrangères qui cherchent à exploiter la conjoncture pour appliquer des agendas bien définis».

Des signes «de tentatives de récupération politique de cette contestation sociale», à l'approche de l'élection présidentielle d'avril 2019, sont aussi apparus faisant craindre le retour du scénario des années 1990. En effet, «à Ouargla, où la colère des citoyens contre l'organisation d'un gala de musique raï dans la ville» a aux islamistes de prendre les devants de la scène en organisant une «prière collective […] il y a quelques jours, sur la place publique en signe de rejet de toute activité festive», ainsi que le rappelle Algeriepatriotique.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
stabilité, élection présidentielle, sécurité, terrorisme, Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) algérienne, Noureddine Bedoui, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook